Le produit brut des jeux du groupe Partouche baisse de 85,8 % au cours du 1er trimestre 2021

Sans surprise, les résultats du leader des casinos en France, Partouche, sont dans le rouge. Le premier trimestre de l’exercice financier 2020-2021 (novembre à janvier) était marqué par la fermeture de ses établissements dans l’Hexagone. Le produit brut des jeux de ce casinotier a chuté de 85,8%. Le chiffre d’affaires a donc été essentiellement porté par les casinos à l’étranger et les jeux d’argent en ligne en Suisse et en Belgique.

Fermeture des casinos, baisse des revenus

Le gouvernement français a décrété la fermeture des casinos français au mois d’octobre pour faire face à la deuxième vague de la pandémie du Covid-19. Cette décision n’a pas été sans conséquence sur les revenus des opérateurs de jeux d’argent. Le groupe Partouche a récemment publié ses résultats et les chiffres sont effarants. Le premier trimestre de l’exercice financier 2020-2021, c’est-à-dire de novembre à janvier, a généré 24,9 millions d’euros de produit brut de jeux (PBJ). Ce leader du marché des casinos a ainsi enregistré une baisse de 85,8%.

Selon le communiqué du groupe Partouche, ces résultats sont essentiellement issus de ces établissements de jeux à l’étranger et les jeux de hasard en ligne opérés en Suisse et en Belgique. En effet, l’opérateur a obtenu une licence de jeux de casino en ligne l’année dernière et a lancé une plateforme pour les joueurs suisses. Comme presque partout dans le monde, les jeux d’argent en ligne ont connu une croissance fulgurente durant la crise sanitaire. Pour le groupe Partouche, le PBJ issus des jeux de casinos en ligne est doublé. Concrètement, le leader français réalise un chiffre d’affaires de 23,5 millions d’euros de novembre à janvier 2021.

La baisse est plus considérable pour l’activité hôtelière du groupe. Seuls quelques établissements hôteliers ont continué d’ouvrir leurs portes. Le chiffre d’affaires pour les activités hors-jeu chute de 95%.

La réouverture des casinos toujours incertaine

Même si les casinos français sont dans une situation alarmante, la réouverture reste encore incertaine. Jusqu’à présent, les autorités n’ont pas avancé de date précise quant à la reprise des activités. De nombreux établissements engrangent les pertes et certains opérateurs se résignent à mettre la clé sous la porte.

Jean-François Cot, le président du syndicat professionnel des casinos français, Casinos de France, a souligné que la survie de cette industrie dépend de la réouverture des établissements. Une proposition fortement soutenue par l’Association Nationale des Élus des territoires Touristiques (ANETT).

Les exploitants de casinos et d’établissements de jeux sont dans une totale incompréhension. En effet, ils ont mis en place des mesures sanitaires pour assurer la protection du personnel et de la clientèle. Cependant, les autorités n’ont pas encore donné leur feu vert alors que d’autres secteurs ont pu reprendre leur activité.

L’année 2020 a été catastrophique pour l’industrie des jeux d’argent en France. Si les casinos doivent encore garder leurs portes fermées pour les prochains mois, la situation risque d’empirer cette année. Jean-François Cot, invité hier soir du RMC Poker Show, « cette réouverture responsable » est la seule solution viable pour sauver une filière aujourd’hui en grand péril.

président de « Casinos de France », principal syndicat des casinos français

Au cours de ce premier trimestre, tous les casinos français étaient fermés, en vertu des mesures générales prises par le Gouvernement pour faire face à l’épidémie de covid-19. A l’étranger, les casinos d’Ostende (Belgique) et Meyrin (Suisse) sont également restés porte close. Le casino de Crans-Montana (Suisse) a pu accueillir ses clients sur une courte période comprise entre le 14 et le 26 décembre inclus sur des horaires réduits, entre 10h et 22h. Le casino de Djerba (Tunisie) est resté ouvert mais contraint par un couvre-feu débutant à 20h.

En conséquence, le PBJ s’établit à 24,9 M€, en recul de -85,8 %. Il se concentre uniquement sur les casinos étrangers et plus particulièrement sur les jeux online suisses, qui ont démarré le 16 novembre 2020, et les jeux et paris online en Belgique. Leur PBJ global a plus que doublé à 24,3 M€, soit une progression de +132,3 %.

Après prélèvements, le Produit Net des Jeux (PNJ) enregistre une baisse de -78,4 % à 22,3 M€. Au global, le chiffre d’affaires du 1er trimestre s’établit à 23,5 M€, en chute de -81,4 %.

L’activité hors-jeux génère un chiffre d’affaires de 1,2 M€ (-95,0 %) grâce notamment à l’ouverture de quelques hôtels logés au sein des casinos du Groupe et de l’hôtel Aquabella à Aix-en-Provence.

Assignation au fond contre son ancienne compagnie d’assurance Groupe Partouche a assigné son ancienne compagnie d’assurance qui conteste sa demande d’indemnisation pour perte d’exploitation suite à l’interdiction faite à ses établissements de recevoir du public.

Prêt Garanti par l’État

Après un premier Prêt Garanti par l’État (PGE) de 19,5 M€ octroyé par les banques partenaires du Groupe en juin 2020, ces mêmes banques ont donné leur accord pour un deuxième PGE d’un montant de 59,5 M€.

Groupe Partouche se félicite de la confiance qui lui est accordée, fondée notamment sur sa capacité à voir ses activités reprendre dans des conditions satisfaisantes dès la réouverture de ses établissements.