Poker

Le poker en ligne, un jeu très aprécié

Depuis l’ouverture du marché en ligne en France en 2010, le poker virtuel n’a cessé de connaître sa gloire. Rien qu’en parlant du fameux tournoi World Series Of Poker, ce jeu n’arrête pas de séduire de nouveaux adhérents. D’une vue globale, le poker en ligne est en quelque sorte un bon passe-temps qui permet de gagner un joli pactole. Ce divertissement lucratif demande de l’agilité et beaucoup de pratique, avec la chance et la bonne étoile au rendez-vous.

Les possibilités de gains et les tournois célèbres

L’essor considérable de l’internet a contribué à l’explosion du poker en ligne de manière assez spectaculaire. Pour un bon nombre de passionnés, ce divertissement est bien plus qu’un passe-temps : c’est devenu une source de revenus tendance. En effet, le poker en ligne propose des gains réguliers qui peuvent atteindre des milliers d’Euros, voire des millions. Ce dernier est possible grâce aux célèbres tournois de poker organisés fréquemment en ligne. Il existe sur internet des sites qui organisent régulièrement des tournois quotidiens. Ces concours permettent aux joueurs de gagner même jusqu’à 10 000 €. Par ailleurs, les grands tournois comme ceux organisés annuellement comme le WSOP vont jusqu’à des gains faramineux. En 2018, le maximum du prizepool affichait 74 015 600 dollars tandis que le minimum était à 283 000 dollars.

Le poker en ligne, vers quel avenir ?

Avec l’ascension de l’ère du virtuel qui se développe considérablement, le poker devient de plus en plus intéressant. Cela est dû aux graphismes et aux décors des plateformes proposées par les développeurs. Les sites de poker actuels ne passent pas inaperçus et offrent des avantages et bonus très alléchants. De plus, les joueurs modernes préfèrent passer leur journée sur le net pour jouer au poker. Les débutants ont tendance à hésiter pour entrer dans les établissements physiques. Aujourd’hui, le poker en live existe sous plusieurs facettes pour accentuer le plaisir de jouer avec les sensations au menu. Avec la politique du jeu responsable très présente en ligne, les joueurs peuvent limiter leurs paris sur les sites. Ce qui n’est pas chose facile lorsqu’ils sont confrontés aux ambiances des casinos terrestres.

Les meilleurs casinos pour jouer poker en ligne

Règles et stratégies

Cotes du pot : Les bases du poker !

Dans l’univers du poker, il peut être primordial et décisif de connaître la probabilité qu’un évènement se produise pour ensuite la transformer en cote. Bien évidemment, la chance, qu’elle soit avec ou contre vous, est un élément non négligeable dans ce type de jeu. C’est d’ailleurs dans le but de limiter les effets du hasard que vous deviez avoir au moins des notions dans le calcul des probabilités statistiques au poker. Intervient alors la cote du pot ! De quoi s’agit-il ? En quoi la connaître contribue à aider au poker ? Comment la calculer ? Réponses en quelques lignes.

Qu’est-ce que la cote du pot ? À quoi sert-elle ?

Afin d’y voir plus clair, sachez qu’une cote est tout simplement une manière d’exprimer les probabilités qu’un tel ou tel évènement se produise (chances de réalisation ou chances d’échec). On parle ainsi de cote favorable ou cote défavorable.

Pour mieux comprendre, un petit exemple est de mise. Prenons le cas des courses de chevaux où la cote est extrêmement essentielle pour les parieurs. Un cheval dont la cote est à 4 contre 1 sur une course donnée voit ses chances de victoire évaluées à 1 sur 5 possibilités, soit 20 %. Cela signifie tout simplement que ce cheval devrait perdre 4 courses sur 5 contre ces mêmes chevaux, soit 80 %.

Au poker, où il y a une succession de pari, c’est également le même principe. Si dans certains jeux de hasard la cote est renseignée au joueur, elle se calcule dans la plupart des cas au poker, à moins d’avoir une bonne mémoire. Elle permet de faire le meilleur choix en termes de mise. En effet, la cote de pot aide à connaître statistiquement les chances de gagner ou de perdre en le comparant avec la cote d’amélioration. Si la côte du pot est inférieure à cette dernière, vous avez des chances de gagner.

Comment se calcule la cote du pot ?

Le calcul proprement dit de la cote du pot est relativement simple. Il vous suffit de diviser le montant total du pot par la valeur de jetons que vous devez payer pendant un tour de mise donné.

Cote du pot : montant total du pot/montant de jetons à payer

La valeur obtenue devra être transformée en pourcentage pour ensuite la comparer avec ce qu’on appelle la cote d’amélioration. Dans la pratique, c’est cette opération qui vous permettra concrètement de suivre la mise ou vous coucher.

  • Cote du pot en pourcentage : 1/(cote du pot+1)x100

La cote d’amélioration :

Afin d’obtenir ce pourcentage, il vous faut au préalable connaître le nombre d’out, c’est-à-dire le nombre de cartes restantes qui améliorera éventuellement votre main après le flop. La cote d’amélioration sera alors égale à :

  • Nombre d’outs x2 x2, au flop
  • Nombre d’outs x2, au turn

Il vous vaudra donc savoir calculer la cote d’amélioration pour que la cote du pot vous soit vraiment utile.

Il convient maintenant de parler brièvement de la cote d’amélioration. Dans les grandes lignes, il s’agit du pourcentage de chances que votre main a de gagner face à celle de votre adverse.

Règles poker du poker texas hold’em no limit

Le Texas Hold’Em No Limit est une des variantes du poker qui se joue avec les 52 cartes habituelles. La particularité de ce jeu réside dans les cartes distribuées, les mises et le nombre total de joueurs. Autour d’une seule table de Texas Hold’Em, il peut y avoir 2 à 10 joueurs simultanés. Les cartes distribuées sont 5 cartes communes à face ouverte et 2 cartes à face cachée propres à chaque joueur. Les mises sont sous forme de jetons et représentent des montants distincts : 1 €, 5 €, 10 €… Ce qui différencie le No Limit, c’est qu’il n’y a pas de plafond de mise. C’est-à-dire que le joueur peut engager tous ses jetons en un seul coup.

Le déroulement du jeu

Il faut savoir qu’une partie de Texas Hold’Em No Limit se joue différemment des autres variantes de poker. Avant d’arriver au dernier moment où l’on connaît qui a gagné, il faut d’abord passer par plusieurs phases de distribution de cartes et de mises. Tout au long du jeu, chaque joueur peut décider à tout moment de continuer ou de mettre fin à la partie.

Les blindes et le tour de parole

Sur Texas Hold’Em No Limit, il y a ce qu’on appelle le « bouton » ou « bouton du dealer » qui détermine le donneur. Ce bouton passera à tour de rôle d’un joueur à un autre, selon le sens d’une aiguille d’une montre. Le joueur à gauche du bouton pose la petite blinde. Il s’agit de la première mise forcée. À gauche de la petite blinde se trouve la grosse blinde. C’est la deuxième mise forcée, qui est souvent le double de la petite blinde.

Maintenant qu’on a déterminé la grosse blinde, c’est le joueur directement à sa gauche qui prend la première parole.

Le pré-flop

C’est la phase de distribution des 2 premières cartes destinées à chaque joueur, qui sont toutes à face cachée. Ici commence le tour de mise. Le joueur à la parole pourra choisir entre plusieurs actions à faire : se coucher (ne pas parier), miser (s’il n’a pas encore placé de mise), checker (s’il a déjà misé la somme convenue et ne souhaite pas surenchérir), suivre (se mettre à hauteur de la mise précédente) ou relancer (surenchérir).

À noter qu’à chaque relance, le montant doit être au minimum équivalent à la mise ou relance précédente. Pour faire simple, si un joueur a misé 5 €, la relance minimum est de 5 €, ce qui fait un total de 10 € donc.

Le flop

Les mises durant le pré-flop terminées, arrive ensuite le flop. Trois cartes sont distribuées sur la table, toutes à face ouverte, et chaque joueur peut les utiliser pour former des combinaisons. C’est le joueur à gauche du donneur qui a la parole sur la mise.

La turn et la river

Ce sont 2 phases de distribution d’une seule carte, lancées l’une après l’autre, alternées bien sûr de tours de mise. La river est la dernière étape avant l’abattage des cartes.

L’abattage des cartes

Arrive enfin le moment de l’abattage des cartes. Ce sera le joueur qui a misé ou relancé en dernier qui montre ses cartes en premier. Par contre, si tout le monde a checké, ce sera donc le joueur à gauche du bouton. Celui qui aura la meilleure main emporte le pot. S’il y a mains identiques, le pot est partagé.

Conseil pour débuter au poker en ligne

Jouer au poker, ce n’est pas un art qui s’apprend du jour au lendemain. De nombreuses choses sont à assimiler, comme la manière de jouer avec sa propre main et en fonction de celle de son adversaire. Heureusement, avec ces précieux conseils, vous pourrez aborder une partie avec la plus grande sérénité.

Connaître les bases

Bien avant tout, il faut d’abord connaître les règles du poker. À quoi bon engager vos jetons alors que vous ne connaissez même pas la valeur de votre main. Les règles du poker et le classement des mains, il faut les maîtriser. En second lieu, mieux vaut se montrer sélectif sur les parties à jouer. L’erreur fondamentale de tout débutant et amateur est de croire que toutes les mains peuvent gagner. C’est peut-être le cas pour d’autres joueurs, pas forcément pour vous. Sachez vous engager dans le jeu de manière sélective, cela peut faire la différence entre un gagnant et un perdant.

Surtout, ne misez pas d’emblée sur le bluff. Vous l’avez sans doute aperçu à la télévision que c’est une technique qui porte ses fruits. Néanmoins, vous serez surpris que ça ne marche pas à tous les coups. C’est un art qui se construit, qui se maîtrise, déjà pour embarquer son adversaire dans le bluff, et pour qu’il y croit jusqu’au bout.

Connaître vos adversaires et déchiffrer leur jeu

En tant que débutant, il serait mieux de jouer contre des joueurs moins forts que vous. Cela vous sera bénéfique, puisque vous sortirez toujours gagnant sur le long terme. À une table de poker donc, déterminez qui sera le pigeon. Si vous avez du mal à l’identifier, il y a de bonnes chances que ce soit vous.

L’un des plus intéressants scénarios du poker est le moment où on essaye de deviner de la main de son adversaire. Tout grand joueur digne de ce nom doit forcément maîtriser cet art. La manière la plus simple d’y parvenir est d’observer les actions et réactions de son rival. Vous pensez avoir une bonne main, mais vous estimez que votre adversaire en a une meilleure, couchez-vous. Dans le cas contraire, poussez-le à abandonner le coup. À noter qu’il s’agit d’une situation réversible, c’est-à-dire que l’adversaire peut tout aussi bien deviner votre jeu.

Et ne vous arrêtez pas aux parties que vous jouez avec vos rivaux. Même si vous n’êtes pas engagé dans une main, il est toujours bon d’épier le jeu de son adversaire. Ses habitudes, sa manière de se comporter avec une bonne main ou avec du bluff, rien ne doit être laissé au hasard.

Savoir miser et au bon moment

D’abord, ne vous donnez pas la peine de jouer dans les hautes limites. De un, parce que les joueurs habitués dans cette catégorie sont d’un cran plus élevé que vous. De deux, il n’est pas judicieux de jouer au-dessus de ses limites. Il est recommandé de mettre en jeu des sommes que vous pouvez vous permettre de perdre. D’ailleurs, les chances de gain sont plus élevées dans les parties en basse limite.

Sachez prendre l’initiative des coups. Mieux vaut pousser l’adversaire à se coucher, en misant gros au flop ou à la turn, que d’attendre qu’il prenne l’avantage à la river. Un check-raise, c’est une stratégie très efficace. Attention ! N’oubliez pas aussi de varier la vitesse de vos mises. Si vous jouez de manière passive depuis au moins 1 h, et que d’un coup, vous relancez de 3 fois, personne ne vous suivra. Essayez d’être moins imprévisible et de miser de temps en temps.

Règles du poker Omaha

Comme au Texas Hold’Em, le poker Omaha est une variante de poker constituée de 5 cartes communes, dont 4 fermées chez chaque joueur au lieu de 2. Pendant cette partie donc, vous devez jouer avec des cartes communes, plus quatre tours de mise. Combinez vos cartes fermées avec les cartes communes au milieu de la table. Vous obtiendrez ainsi la meilleure main de poker à 5 cartes. Vous devez utiliser 2 de ces cartes fermées, puis 3 des cartes communes, et vous ferez une main en Omaha poker.

Les règles de mise au poker Omaha (Pot-Limit, Limit, No Limit)

L’Omaha poker est classée seconde, parmi les variantes les plus appréciées et les plus populaires au monde. Cela vient surtout de l’action et de l’excitation que le Pot-Limit offre à chaque joueur. Vous pourrez donc lancer ce jeu selon une certaine variété de structures de mises. Seulement, deux de ces différentes mises sont les plus utilisées à l’international : le Pot-Limit ou limite de pot ainsi que le Fixed Limit ou limite fixe.

Le Pot-Limit Omaha

Le système de mise du Pot-Limit d’Omaha fonctionne exactement comme pour le Hold’Em (dans le sens des aiguilles d’une montre). La petite blinde est représentée par le joueur sur son côté gauche, tandis que la grosse est représentée par celui encore à sa gauche. Puis, encore une fois à gauche, il y a le joueur « under the gun » qui signifie littéralement sous le canon du fusil. Celui-ci parle en premier lors du premier tour de mises ou pré-flop. Ses principales options sont donc de suivre la grosse blinde (payer son équivalent), relancer ou se coucher. Le minimum de mise à placer équivaut à la taille de la grosse blinde, si aucun joueur n’a pas encore misé avant vous sur ce tour de poker Omaha. Vous souhaitez définir le maximum de mise autorisé ? Il vous suffit de compter la somme dans le pot ainsi que les mises sur la table, et ce, avec tout suivi que vous allez effectuer avant de décider de relancer.

Le Fixed Limit Omaha

Les limites de mises en Omaha sont fixes, mais plus important encore, c’est la taille de vos mises qui détermine la hauteur de la partie. Par exemple, si vous jouez dans une partie à 4 $/8 $, la petite mise est définie à 4 $, tandis que la grosse est de 8 $. Vous aurez donc 2 $ et 4 $ comme blindes. Comme d’habitude, le déroulement du jeu se fait par un jeu de poker à cartes communes, et ce, avec les blindes sur le côté gauche du bouton (dans le sens des aiguilles d’une montre). Pour ce qui est des mises et des relances, il faut les faire par incréments. Par exemple, avant le flop, le système de mises marche par incréments de la petite mise est ici de 4 $. Une mise équivaut donc à 4 $, tandis qu’une relance équivaut à 8 $. Puis, à la turn et à la river, les mises se déroulent par incrément de la grosse mise. Ici, elle est de 8 $. Une mise équivaut ainsi à 8 $, tandis qu’une relance équivaut à 16 $.