Le gouvernement suédois face au mécontentement du secteur des jeux en ligne

En Suède comme partout ailleurs, les jeux de hasard et d’argent ont été fortement impactés par la crise sanitaire liée au Covid-19. Les établissements casinotiers ont ainsi dû fermer leurs portes. Quant aux plateformes virtuelles, elles ont fait face à des restrictions imposées aux joueurs pour limiter le jeu excessif. Ces mesures pourraient s’étendre jusqu’à l’année prochaine, ce qui serait une catastrophe pour les opérateurs. La Branschföreningen för Onlinespel ou BOS, l’organisation suédoise du commerce dédié au jeu en ligne lance un appel au gouvernement pour qu’il annule cette décision.

Les dépôts limités sur les casinos en ligne

Le Covid-19 a forcé le gouvernement à imposer un confinement. Les jeux en ligne sont alors devenus l’un des hobbies les plus populaires durant cette période. Cette mesure a pourtant entrainé une nouvelle problématique, le nombre de cas de jeu excessif a fortement augmenté dans le pays.

Pour lutter contre ce problème, les autorités ont décidé de limiter les opérations possibles sur les plateformes de jeu en ligne. Pour éviter un jeu abusif, les membres d’un site ne pourront faire un dépôt que de 5000 SEK au maximum, ce qui équivaut à un peu moins de 580 dollars. Les sites de jeux en ligne sont également visés puisque les bonus offerts ne pourront dépasser les 100 SEK de réduction. L’application de ces règles a commencé le 2 juillet 2020 et le gouvernement suédois souhaiterait les prolonger jusqu’au 30 juin 2021.

Des mesures inefficaces selon la BOS

Tous les acteurs du secteur sont unanimement contre cette prolongation. Pour eux, l’addiction ne sera en aucun cas réduite par ce genre de solutions. Gustaf Hoffstedt, le secrétaire général de la BOS, a affirmé que ces restrictions n’ont donné aucun résultat allant dans le sens de la théorie du gouvernement. Il a évoqué le cas des paris hippiques, qui selon lui, n’ont cessé d’augmenter alors qu’ils ne sont pas touchés par ces mesures.

Le gouvernement, l’Autorité Suédoise des jeux de hasard et tous les exploitants du marché sont tous conscients de cette situation. Il ne comprend alors pas pourquoi le gouvernement veut faire un forcing pour une solution vouée à l’échec et fondée sur une affirmation erronée.

Pour le gouvernement, les activités au sein des casinos en ligne ont connu une forte croissance au cours de la période de confinement. Mais d’autres secteurs contribuent également à créer des formes de dépendance chez les joueurs. Il est donc illogique, mais surtout injuste d’imposer ce prolongement aux seuls casinos en ligne.  Selon Gustaf Hoffstedt, ce sont surtout les paris hippiques qui ont augmenté contrairement aux paris sportifs et aux casinos en ligne.

Les restrictions imposées par les autorités comportent un risque, celui de voir les joueurs s’inscrire sur des plateformes sans licence. Ainsi, ils n’auront pas à se soucier des limites de dépôt obligatoires. D’une part, le jeu excessif ne pourra plus être contrôlé et d’autre part, le gouvernement ne pourra pas protéger les joueurs des mauvaises pratiques appliquées par ces plateformes illégales, souvent malhonnêtes.