Le député Henri Jibrayel condamné pour détournement de fonds

Le député Henri Jibrayel est condamné à 12 mois de prison, dont 6 avec sursis, assorti d’une amende et de 5 ans d’inéligibilité. Il est accusé de détournement de fonds, afin de satisfaire sa passion du jeu. Malgré ce verdict accablant, le député continue de proclamer son innocence. Il annonce faire appel de cette décision qu’il trouve […]

Le député Henri Jibrayel est condamné pour détournement d'argent à des fins de jeux de casino

Le député Henri Jibrayel est condamné à 12 mois de prison, dont 6 avec sursis, assorti d’une amende et de 5 ans d’inéligibilité. Il est accusé de détournement de fonds, afin de satisfaire sa passion du jeu. Malgré ce verdict accablant, le député continue de proclamer son innocence. Il annonce faire appel de cette décision qu’il trouve exagérée.

L’argent public utilisé pour assouvir la passion du jeu

Le procureur de la République française pointe le législateur socialiste du doigt pour avoir utilisé un prêt d’honneur à des fins personnelles. Il accuse le député Henri Jibrayel d’avoir dilapidé une grosse partie de la somme qui constitue le fonds appelé compte IRFM. Cet acronyme vaut pour Indemnité Représentative de Frais de Mandat. Selon le représentant de l’État, Jibrayel aurait acheté une voiture et payé des factures privées avec l’argent. En outre, les autorités suspectent qu’il l’a également utilisé pour s’adonner à des jeux de hasard.

L’enquête rapporte que le membre de l’Assemblée nationale a remboursé la somme prélevée pour l’acquisition du véhicule. Le procureur, Pierre Reynaud, dénonce l’acte de traîtrise que ce détournement constitue. En effet, il parle de « salissure à l’endroit du pacte social » et d’atteinte à la démocratie. Le président, quant à lui, évoque la confiance perdue des électeurs. Suite à ces constats, le procureur requiert 18 mois de prison dont 6 avec sursis, 3 ans d’inéligibilité et 10 000 € d’amende.

Après examen du dossier et des résultats de l’enquête, la cour déclare le député marseillais coupable de détournement de fonds. Il se voit priver d’élection pendant 5 ans, et doit payer 18 500 € à l’Assemblée nationale. En outre, il doit subir 1 an de privation de liberté, dont 6 avec sursis. Cependant, les juges lui astreignent le port d’un bracelet électronique, au lieu d’un séjour dans une prison.

Une décision intervenue suite à une enquête approfondie

Le député, ainsi que son avocat Jorge Mendes, clament haut et fort son innocence. Il déclare qu’il a utilisé son propre patrimoine pour régler ses factures et pour jouer. Le député Henri Jibrayel reconnaît souffrir d’une addiction aux jeux d’argent suite à des problèmes personnels. Cependant, il prend des mesures en se faisant interdire de casinos pour se soigner. Son avocat rappelle que son compte IRFM contient une somme plus élevée que celle assignée aux autres députés. Ainsi, de l’argent de son compte privé gonfle son portefeuille représentatif. Jibrayel a usé de ce montant en surplus pour ses affaires personnelles.

La cour accueille en partie ces explications de l’accusé. En effet, elle affirme que le crédit de 28 400 € ne rentre pas dans le cadre du détournement. Il s’agit du montant prélevé pour l’achat de la voiture et que le représentant de l’État a remboursée. Cependant, les juges rappellent aussi le sérieux avec lequel l’enquête a été menée. Elle portait notamment sur ce compte litigieux. Les analyses des transactions déposées sur le fonds IRFM accusent le député. Voilà pourquoi le tribunal le déclare coupable d’avoir prélevé des sommes pour des dépenses privées.