L’American Gaming Association (AGA) s’insurge contre les machines de jeux illégales

machine à sous

Les machines à sous et les appareils de jeux illégaux foisonnent aux États-Unis. L’American Gaming Association (AGA), qui réunit les professionnels de l’industrie du jeu, a déjà fait de nombreuses interpellations. Le groupement tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme sur les risques que représentent ces formes de jeu illégal. Celles-ci ne respectent pas les règles sur le jeu responsable et favorisent les opérations de blanchiment d’argent.

Des machines à sous sans licence sur le marché

L’American Gaming Association (AGA) s’inquiète sur la prolifération de machines à sous et de jeux électroniques sans licence. Dans un rapport, l’association indique que le phénomène prend de l’ampleur malgré les mesures mises en place par les autorités de régulation. Selon le groupement professionnel, plusieurs machines sont mises sur le marché alors qu’elles n’ont pas obtenu de licence. Ces appareils n’ont pas été soumis aux tests réglementaires auxquels les opérateurs agréés doivent se conformer.

Cette omission implique pourtant des risques pour la clientèle. Par conséquent, ces machines ne tiennent pas en compte les pratiques de jeu responsable. Ainsi, les joueurs vulnérables peuvent donc constituer des cibles faciles. La menace pèse aussi bien sur les adultes, mais également sur les enfants. De plus, les opérateurs non licenciés n’observent pas l’équité des jeux. Les résultats de ces appareils ludiques ne sont pas fiables et favorisent de manière abusive la maison.

Faisant fi des réglementations en vigueur, les jeux illégaux présentent un tremplin idéal pour les opérations criminelles. Les machines servent souvent de façade aux activités de blanchiment d’argent et au trafic de drogue.

Contrairement aux jeux d’argent réglementés, les activités illégales entraînent un manque à gagner pour les communautés locales. Dans le pays de l’oncle Sam, le marché des jeux de hasard licenciés génère 41 milliards de dollars de recettes fiscales.

Les opérateurs jouent sur les lacunes juridiques

L’association de l’industrie du jeu a noté une pratique qui s’intensifie. Certains opérateurs ne souhaitent pas respecter les réglementations et tentent d’exploiter les lacunes juridiques. De cette manière, ils peuvent mener leurs activités sans craindre d’enfreindre la législation. Pour l’American Gaming Association, ces sociétés ont créé une sorte de « grey market ». Ainsi, des entreprises proposent des jeux qui ne sont pas administrés par la législation sur les jeux. Certains États ont déjà pris des mesures afin d’endiguer cette tendance, dont la Californie, le Tennessee, New York, la Pennsylvanie, etc.

L’American Gaming Association renforce son opposition aux machines à sous et aux divers jeux non réglementés. Le groupe de lobby exhorte les opérateurs à suivre les démarches nécessaires pour obtenir une licence sur leurs jeux. L’association demande également que les États mettent en place des dispositions afin de s’assurer que les jeux d’argent respectent le cadre réglementaire. Jessica Feil, vice-présidente des relations gouvernementales et conseillère en politique des jeux de l’AGA déclare que « les jeux légaux offrent d’immenses avantages aux communautés qu’ils desservent. Et opérer avec une licence de jeu est un privilège que nous prenons très au sérieux ».