Israël : les partis politiques coopèrent pour la légalisation du poker

Auparavant, des personnalités importantes ont essayé de légaliser le jeu de poker au sein du territoire israélien. Jusqu’à présent, leur démarche s’est avérée infructueuse. Cependant, une toute nouvelle tentative pourrait changer la donne. L’alliance de New Hope et Yesh Atid Depuis des années, le gouvernement d’Israël a ignoré les multiples demandes des principaux concernés pour […]

Un joueur dévoile ses cartes de poker

Auparavant, des personnalités importantes ont essayé de légaliser le jeu de poker au sein du territoire israélien. Jusqu’à présent, leur démarche s’est avérée infructueuse. Cependant, une toute nouvelle tentative pourrait changer la donne.

L’alliance de New Hope et Yesh Atid

Depuis des années, le gouvernement d’Israël a ignoré les multiples demandes des principaux concernés pour la légalisation du poker. À titre de rappel, Sharren Haskel, la présidente du parti politique New Hope a soulevé la question pour la première fois. Plus tard, elle a mené des procédures afin de reconnaitre ce jeu de cartes officiellement, mais ses efforts restaient vains. Actuellement, elle est à l’origine d’un nouveau projet de loi pour réguler le poker avec l’appui de Boaz Toporovsky, le dirigeant de la faction Yesh Atid. Selon Jerusalem Post, ce partenariat inédit va probablement changer le cours de l’histoire du poker dans le pays. Bien entendu, à condition que les législateurs se prononcent en faveur du projet. Pour ce faire, le ministre de la Culture et des Sports doit d’abord valider le dispositif de réglementations dans le but de sélectionner des licenciés.

Si les autorités israéliennes adoptent ce projet de loi sur le poker, les joueurs peuvent se divertir en toute légalité dans les casinos terrestres et sur les plateformes en ligne. Étant donné que divers jeux de hasard sont interdits en Israël, la région ne possède pas de casino digne de ce nom pour le moment. Néanmoins, les adeptes de paris ont trouvé un moyen efficace pour contourner cette restriction. En effet, des sociétés privées proposent régulièrement une virée maritime destinée aux tournois de poker en partance de la ville d’Eilat. Ainsi, les joueurs locaux naviguent sur les eaux internationales et s’adonnent à leur péché mignon en dehors de la juridiction d’Israël.

Les jeux d’argent en Israël

Pour information, le poker reste prohibé en Israël avec la majorité des jeux de casino. Seuls les paris sportifs et la loterie nationale sont autorisés. Par conséquent, des peines sévères sont prévues pour les joueurs qui transgressent les règles établies. Pourtant, la nation abrite des entreprises de renom sur le marché des jeux d’argent internationaux comme Playtika. Entre autres, ces opérateurs résidents fournissent des logiciels de poker haut de gamme.

En 2015, l’ancien premier ministre Benjamin Netanyahu a tenté d’ouvrir un casino terrestre à Eilat. De toute évidence, il a lourdement échoué dans cette démarche en dépit de sa notoriété publique. D’autant plus que son propre parti s’est retourné contre lui pour sa demande de légalisation. À première vue, la réticence des législateurs israéliens envers les casinos a été basée sur une motivation religieuse.

Malgré toutes les restrictions, les différents jeux de table demeurent populaires auprès des joueurs au pays, à savoir le blackjack, la roulette ou encore le baccarat. Ces divertissements sont tellement appréciés que le nombre des opérateurs clandestins a décuplé ces dernières années. De surcroit, le système de blocage des jeux en ligne n’est pas au point, alors, les parieurs locaux accèdent facilement aux opus novateurs des éditeurs mondiaux. À ce jour, les gains générés par ces activités de jeux illicites en Israël dépassent 3,5 milliards de dollars par an.