Suède : 2 opérateurs illégaux repérés par le régulateur

Le régulateur suédois épingle encore 2 opérateurs illégaux.

Le régulateur de jeux d’argent suédois (Spelinspektionen) épingle 2 sociétés qui ciblent les parieurs locaux. L’organisme décide donc de leur interdire formellement d’exercer sur ce marché. Après enquête, il apparaît que les 2 opérateurs désobéissent à plusieurs articles de la loi suédoise sur les jeux de hasard.

L’autorité de régulation suédoise toujours à l’affût

Des utilisateurs ont attiré l’attention du Spelinspektionen sur les agissements de 2 casinotiers. Cette autorité a commencé par s’intéresser au casino en ligne csgo500.com. Il a découvert que ce site appartient à Perfect Storm, basé à Curaçao.

Puis, le régulateur s’est tourné vers csgoempire.com. Site également enregistré à Curaçao et exploité par Moonrail Limited.

Avant de se charger de ces 2 contrevenants, le Spelinspektionen en avait déjà pris d’autres dans ses filets. Au début de ce mois de novembre 2023, le régulateur s’est attaqué à Videoslots. Ce dernier s’est acquitté d’une amende de 9 millions SEK soit 760 000€, condamné pour des défaillances à la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Non-respect de certaines conditions légales

Le Spelinspektionen se base sur des faits précis pour déterminer si un opérateur s’adresse aux Suédois ou non. En effet, il n’a aucune raison de bannir des casinos en ligne légaux qui ne marchent pas sur ses plates-bandes.

Ainsi, le régulateur vérifie si la société en question possède une licence. En effet, une clause de la règlementation des jeux d’argent stipule que cette autorisation est obligatoire pour pouvoir proposer des divertissements sur le sol suédois.

Ensuite, un site qui cible le marché suédois présente logiquement des offres destinées aux parieurs de ce pays. Ces propositions peuvent prendre la forme d’informations spécifiquement dédiées aux Suédois.
Cela inclut l’utilisation de la langue suédoise et la possibilité de régler les transactions financières avec la couronne suédoise.

Par ailleurs, une plateforme qui accepte les dépôts et retraits provenant d’entreprises enregistrées en Suède s’adresse ouvertement à ses joueurs.

Enfin, le régulateur explique que « si les consommateurs suédois ne sont pas autorisés à s’inscrire et à créer un compte sur un site Internet proposant des jeux, Spelinspektionen considère que le jeu ne peut pas être considéré comme proposé en Suède ».

Les sites bannis du marché

Suite à ces mises au point, le Spelinspektionen procède à la vérification des sites suspectés. Dès le premier abord, il constate que Perfect Storm et Moonrail Limited affichent des informations en suédois.

Le régulateur a passé au crible les divers onglets des casinos en ligne exploités par ces opérateurs. Il a découvert que la section « Conditions » consacre une partie aux joueurs suédois. Enfin, les sites impliqués ont pris soin de traduire leur support marketing en suédois.

Tous ces éléments prouvent que Moonrail Limited et Perfect Storm s’adressaient aux joueurs suédois, malgré l’absence de licence.

Ils tombent alors sous le coup du chapitre 18 de la loi sur les jeux de hasard. Cet article permet au régulateur de bannir les opérateurs qui agissent à l’encontre de cette règlementation.

Pour l’heure, aucun des deux accusés ne s’est exprimé sur cette affaire.