Les plus gros scandales de poker

Les scandales les plus marquants dans l'univers du poker en ligne

Adulé pour ses tournois légendaires, le poker en ligne a aussi été maintes fois éclaboussé par d’énormes scandales. Mal gérance ou escroquerie pure et simple, voici les incidents les plus mémorables qui ont entaché ce jeu de casino iconique.

Black Friday

Le 15 avril 2011, une date qui n’est pas près de s’estomper dans l’esprit de tous les amateurs de poker au monde. Ce jour-là, le ministère de la Justice des États-Unis a ordonné la mise en accusation d’incontournables sites de jeux. Un vendredi bien sombre qui constitue le plus grand scandale de l’histoire du poker en ligne.

Et pour cause, Pokerstars, Full Tilt et Absolute Poker étaient impliqués dans des fraudes bancaires et des actes de blanchiment d’argent. Résultat, les joueurs américains n’avaient plus accès à leurs comptes. Seul le message éclairé de la part du FBI s’affichait sur leurs pages d’accueil respectives.

JetSetPOker

A priori, les joueurs américains attirent les mésaventures comme un aimant. En particulier, le jour même de la signature de la loi UIGEA (Unlawful Internet Gambling Enforcement Act). Plus précisément, JetSetPoker a profité de l’occasion pour fermer son site. Ainsi, la nouvelle législation était son bouc émissaire tout trouvé pour échapper à ses obligations.

Après avoir vidé les comptes, les patrons du site ont vendu leur logiciel de poker à Cardroom International. Ensuite, ils se sont évaporés dans la nature. Dépouillés de leur argent, les abonnés de la plateforme ne savaient plus où se tourner pour régler leur situation.

Absolute Poker

Décidément, les drames concernant Absolute Poker ont tendance à se succéder. De prime abord, ses fondateurs utilisaient un compte spécial pour jouer de manière déloyale. En bref, ils pouvaient voir les cartes cachées avant l’abattage. C’est ainsi qu’ils ont accaparé une folle somme d’argent pendant près de 8 ans.

Au fil du temps, le doute s’est toutefois installé et les plaintes se sont cumulées. Puis, reconnaissant leurs torts, les dirigeants de la marque ont procédé au remboursement du siècle. Dans cette optique, Absolute Poker a versé environ 1,6 millions de dollars à l’égard des nombreuses victimes.

Pitbull Poker

Aux alentours de 2008, un site du nom de Pitbull Poker faisait également la joie de la presse à scandale. Apparemment, la plateforme abritait des comptes de superutilisateurs en son sein. Ces derniers servent sans conteste à extorquer des fonds auprès des high rollers. Cela dit, les propriétaires de l’enseigne ont pris la fuite avant la mise en œuvre de procédures judiciaires.

Le 29 septembre 2009, ils ont décrété que le personnel de leur siège au Costa Rica devrait prendre une nuit de congé. À des fins de travaux de maintenance selon le communiqué. Cependant, ils ont profité de cet instant pour charger tous les serveurs et certains équipements dans une camionnette blanche. Depuis, ces escrocs n’ont plus donné signe de vie.

Lock Poker

Créée en 2008, la salle de poker online Lock Poker est devenue le must absolu vers 2013. Malheureusement, la gourmandise de sa fondatrice l’a conduite vers un destin tragique. En effet, Jennifer Larson puisait souvent dans les caisses des joueurs pour entretenir ses besoins personnels. Un vilain défaut qui a mis Lock Poker sur la paille en avril 2015.

D’après les statistiques, cette plateforme doit jusqu’à 20 millions de dollars à ses abonnés. Un montant phénoménal qui témoigne quand même de la bonne qualité des offres en vigueur sur ledit site. Autrement, ses membres ne laisseraient pas de soldes aussi importants dans leurs comptes afin de continuer à jouer.