La toute première amende émanant du régulateur allemand GGL

En Allemagne, la nouvelle structure de régulation des jeux d’argent baptisée GGL prend ses attributions très à cœur. Dans son effort continu pour règlementer le secteur de l’iGaming, elle vient de rendre une décision éclairée. Celle d’infliger une amende pour la première fois de son histoire.

Un opérateur anonyme au centre de l’attention

Opérationnelle depuis le début de l’année, la Gemeinsame Glücksspielbehörde der Länder ou GGL ne cesse de surprendre. Ce régulateur implante une multitude de stratégies pour tacler les jeux d’argent illicites sur le territoire allemand.

Le travail a visiblement payé, car un opérateur imprudent s’est récemment retrouvé dans sa ligne de mire. Obligeant la structure à dépêcher des mesures correctives sous la forme d’une amende.

Pour le moment, la GGL préfère garder anonyme l’identité de l’exploitant en question. Dans cette même continuité, aucune mention n’est faite sur le montant exact de la sanction. Le régulateur a quand même laissé entendre qu’il s’agit bien d’une somme à 5 chiffres. La toute première qui figure dans son registre à l’égard de ses licenciés.

L’évènement est donc à marquer d’une pierre blanche. D’autant plus que c’est la première d’une longue série. À en juger par toutes les rigoureuses précautions que prônent Ronald Benter et Benjamin Schwanke. Le duo de choc qui dirige d’une main de fer la GGL.

Les infractions commises

Pour en arriver à ce résultat, l’organisme de régulation a mené des enquêtes poussées sur ledit opérateur. Ce dernier aurait transgressé les règles établies en matière de publicité. En effet, la société non identifiée a promu ses offres sur des sites web non autorisés. Ceux qui diffusent également les produits d’opérateurs offshore. Et ce, en parfaite connaissance de cause.

Pourtant, cette démarche est considérée comme une violation du traité d’État sur les jeux de casino. Manifestement, les fournisseurs de jeux agréés ne peuvent pas utiliser les mêmes sites que les non-licenciés en Allemagne. En particulier, dans le cadre de leur campagne marketing. Comme stipulé dans les législations entrées en vigueur en juillet 2021.

De nouvelles règlementations que l’Association allemande des paris sportifs (DSWV) semble trouver démesurément restrictives. Raison pour laquelle, selon ses membres, les joueurs locaux se tournent de plus en plus vers le marché illégal. Cependant, la GGL réfute toutes ces allégations.

La GGL a du pain sur la planche

Selon Ronald Benter, moins de 5% des paris sportifs se déroulent sur le marché allemand non règlementé. Toutefois, ce rapport de la GGL est basé sur les données fiscales du ministère fédéral des Finances. Autrement dit, ce chiffre ne colle pas à la réalité. Puisque les joueurs qui optent pour des plateformes sans licence ne paient pas d’impôts sur leurs gains.

Donc, il est difficile de quantifier avec exactitude le nombre de mises effectuées sur ces fameux sites. À plus forte raison qu’ils sont plus de 400 à viser le marché florissant de l’Allemagne. De plus, c’est devenu un véritable jeu d’enfant d’y accéder en usant de la technologie.

En bref, les joueurs tentent de contourner les règles simplement en manipulant leur VPN. Mais encore, un juge local a statué que les fournisseurs d’accès à internet ne doivent pas bloquer certains sites. Permettant aux adeptes de paris sportifs ou de casinos en ligne de profiter facilement des divertissements non recommandés.

Les mois à venir s’annoncent rudes pour la GGL étant donné tous ces facteurs. Mais ses dirigeants restent optimistes et ne perdent pas leur objectif en vue. À savoir : procurer un espace de jeux sain et sécurisé aux joueurs allemands.