États-Unis : tentatives d’escroquerie sur les casinos tribaux

La National Indian Gaming Commission lance une alerte aux escrocs

Aux États-Unis, les escrocs rivalisent d’ingéniosité pour soutirer de l’argent aux établissements de jeux. La National Indian Gaming Commission (NIGC) incite plus que jamais les casinos tribaux à la vigilance.

Une sérieuse mise en garde

À l’évidence, la National Indian Gaming Commission a diffusé un avis à l’attention de l’industrie des jeux tribaux. Le régulateur invite ainsi les opérateurs concernés à se méfier de certaines tentatives de fraudes.

Apparemment, des imposteurs visent particulièrement les casinos localisés aux États-Unis ces derniers temps. En bref, ils essaient de leur soutirer une grosse somme d’argent d’une manière très recherchée. Et les établissements de jeux tribaux n’échappent pas à cette vague d’escroqueries.

Afin de bien marquer les esprits, la NIGC cite un incident survenu récemment. A priori, un individu malintentionné a réussi à duper un employé de casino tribal non identifié. Affectée à la chambre forte, la victime en question a reçu un appel téléphonique inattendu.

Son interlocuteur se faisait passer pour un représentant de la tribu. Il en profite pour demander à l’employé de prendre 100 000$ dans le coffre-fort pour soi-disant se payer un équipement de casino indispensable.

Persuadée qu’elle discute avec la bonne personne, la victime s’exécute et suit les directives à la lettre. Alors, elle reste en ligne en injectant la somme souhaitée dans plusieurs kiosques de dépôt Bitcoins dans la région.

Un climat de terreur comme mode opératoire

Selon la NIGC, les fraudeurs utilisent un concept qui relève de l’autorité pour déstabiliser leurs proies.

En général, ils inventent une situation d’urgence qui justifie de débloquer des fonds rapidement. Si leur cible refuse d’obtempérer, ils affirment que cela aurait des retombées catastrophiques pour le casino ou la tribu en question. Au passage, ils ne manquent pas de menacer de licencier l’employé, voire de le poursuivre en justice. Apeurés, les employés visés se doivent de passer outre les protocoles habituels.

Afin de paraitre plus crédibles, les escrocs se procurent des numéros de téléphone associés à la personne dont ils usurpent l’identité. Ce qui témoigne des recherches approfondies qu’ils mènent avant d’exécuter leur plan.

La Commission invite donc les opérateurs à rester alertes et à s’assurer que leur personnel soit informé de cette manœuvre. En supplément, elle encourage les casinos qui reçoivent des appels suspects à les signaler aux forces de l’ordre. En particulier, lorsqu’un individu prétend être un vendeur, un représentant de l’État ou encore un membre respecté d’une tribu.

Erik Gutierrez Martinez : un cas à part

À dire vrai, le communiqué de la NIGC fait suite à l’arrestation d’Erik Gutierrez Martinez en juin dernier. Du haut de ses 23 ans, ce jeune homme est accusé d’avoir volé 1,17 million de dollars au Circa de Las Vegas. Dans ce but, il s’est fait passer pour l’un des frères Stevens, les propriétaires du casino.

Dans des circonstances similaires, ce même suspect a tenté de subtiliser 250 000$ à l’Eureka Casino Resort. Un exploitant de jeux de casino qui se trouve à Mesquite. En somme, cet imposteur montre un penchant évident pour les établissements situés dans l’État du Nevada.

En outre, des documents judiciaires révèlent qu’une escroquerie comparable aux 2 précédentes a également eu lieu au Golden Nugget Laughlin. À ce jour, on ignore toutefois si Gutierrez Martinez est inculpé dans cette énième affaire.

Incarcéré au centre de détention du comté de Clark, il attend patiemment son audience préliminaire prévue le 16 août prochain.