5 dieux et déesses à vénérer pour gagner au casino

5 dieux à connaitre pour gagner aux jeux de casino

Les jeux d’argent, c’est vieux comme le monde. Aussi n’est-il pas très étonnant que différentes cultures aient vénéré des divinités pour bénir les jeux, leur porter chance, ou tout simplement pour provoquer le sort. Voici quelques dieux à invoquer avant de placer un pari.

Kangiten

Kangiten est une divinité du bouddhisme japonais. Selon la tradition, c’est un être puissant, vers lequel on se tourne en dernier recours. Et ce, pour une très bonne raison : il réaliserait des souhaits réputés irréalisables. Un pouvoir de taille qu’il vaut mieux avoir de son côté lorsqu’on vise un gros jackpot. D’ailleurs, les parieurs japonais d’antan l’adoraient.

Toutefois, le culte de Kangiten serait à double tranchant, puisqu’il est impossible de retirer un vœu. De plus, cette divinité serait très prenante, punissant ceux qui ne la vénèrent pas assez.

Hermès

Si Hermès passe pour le messager des dieux, il endosse en réalité plus d’un rôle. Dieux des voyageurs, des commerçants, princes des voleurs, inventeurs, etc. Ce dieu grec est complexe et multitâche. Mais il faut retenir que ce personnage est plein de malice et d’ingéniosité.

Pour les anciens Grecs, Hermès est aussi la personnification de la chance et de la ruse. Une qualité essentielle au casino. En Grec ancien, « coup de chance », dans un sens mélioratif, se dit hermaion. Et le proverbe « Hermès est à tout le monde » est utilisé pour parler du hasard qui peut sourire à tout un chacun.

De plus, il est généralement admis qu’Hermès est un dieu bienveillant très proche des Hommes. Il n’est donc pas impossible qu’il parraine une de vos sessions de blackjack.

Macuilxochitl

Un nom difficile à retenir, mais qui risque de devenir un grand compagnon de jeu. Macuilxochitl fait partie du panthéon aztèque. Il est même l’une des 5 divinités les plus importantes de cette civilisation mésoaméricaine.

Les Aztèques le liaient aux excès, au laxisme, à la perte de contrôle. Bref, Macuilxochitl est le patron des moments de récréation et d’amusement. Ainsi, s’amuser aux jeux de hasard, c’était une façon de lui faire honneur. En effet, les Aztèques ne s’encombraient pas de faux semblants au sujet des jeux et des paris.

De nos jours, certains Mexicains le vénèrent encore et il n’est pas rare de tomber sur la représentation de Macuilxochitl dans les casinos.

Fortuna

Comme le nom le laisse penser, Fortune nous vient du panthéon romain. Parfois représentée avec une corne d’abondance, Fortuna est la déesse romaine de la chance et de la richesse. Patronne des destins et des possibilités infinies, elle offre autant de chance d’amasser la prospérité.

La légende veut qu’elle ait permis à un esclave de devenir roi. Rien de moins. Fortuna, c’est donc une source de bonnes choses pour ceux qui osent. Une disposition idéale pour celui qui espère des jeux de casino lucratifs.

Compte tenu de ses attributions, elle était très populaire, avec de nombreux temples qui lui ont été dédiés. Rien qu’à Rome, elle en comptait 26. Au sein de l’Empire, il n’était pas rare de porter une représentation de la déesse, afin de porter chance ou d’éloigner le mauvais sort.

Thot

Thot (ou Thoth) nous vient d’Égypte antique. Pour le décrire simplement, il est l’équivalent égyptien d’Hermès. Tout comme lui, il fait office de scribe des dieux, inventeur de l’écriture, détenteur du savoir dans des domaines variés (astronomie, philosophie, etc..). C’est une divinité très respectée pour son immense savoir.

La croyance veut qu’il soit capable de deviner l’issue d’un pari. Dans ces conditions, il vaut mieux être dans ses petits papiers avant de jouer au casino.