Saxe-Anhalt : seuls les opérateurs de paris sportifs profitent des nouvelles licences

En Allemagne, le monde de l’iGaming est régi par le traité des jeux de hasard en ligne. Cette réglementation lève l’interdiction sur les jeux en ligne du pays. L’Etat fédéré de la Saxe-Anhalt est le premier à dévoiler ses opérateurs agréés. Au grand étonnement de tous, aucun exploitant de machine à sous et de jeu […]

licence

En Allemagne, le monde de l’iGaming est régi par le traité des jeux de hasard en ligne. Cette réglementation lève l’interdiction sur les jeux en ligne du pays. L’Etat fédéré de la Saxe-Anhalt est le premier à dévoiler ses opérateurs agréés. Au grand étonnement de tous, aucun exploitant de machine à sous et de jeu de table n’a été sélectionné.

35 licences de jeu

L’Allemagne se montre très prudente concernant les jeux de hasard. La Saxe-Anhalt n’a délivré que 35 licences pour les jeux en ligne. Les opérateurs allemands ont été priorisés pour ne citer que SportingBet, Ladbrokes DE, bwin, et Gamebookers. L’Etat fédéré ne s’est pas encore prononcé sur l’absence d’exploitants de salle de machine à sous et de jeu de table.

Les autorités allemandes préfèrent prendre leur temps pour étudier la question. Rome ne s’est pas fait en un jour. Même si le cadre légal de ces jeux de hasard est établi, leur déploiement dans le pays nécessite davantage de préparation du gouvernement allemand. De nouvelles mesures sont donc à prévoir.

L’exemple Saxe-Anhalt sera certainement suivi par les autres Lands de l’Allemagne. Cet Etat fédéré sera l’administrateur de l’agence fédérale de la réglementation des jeux du pays en 2022.

Le marché allemand est déjà très réglementé. L’obtention d’une nouvelle licence n’est pas ouverte à tous. Seules les maisons de jeux terrestres peuvent exploiter les loteries et jeux de tables en ligne. Cela facilite le contrôle et l’imposition. Le pays est également à cheval sur la lutte contre le surendettement. Les joueurs ne peuvent débourser plus de 1000 € par mois aux jeux de hasard. Le maximum de mise est de 1 € par spin pour les machines à sous. Pour se conformer à la politique de jeu responsable du gouvernement, les opérateurs doivent intégrer le système d’auto-exclusion Oasis sur les casinos en ligne.

Réduction des RTP

Le traité des jeux de hasard en ligne crée la polémique depuis sa ratification par les États fédéraux allemands. Plusieurs opérateurs s’opposent au nouveau régime fiscal des casinos en ligne. Le taux d’imposition est de 5,3 % et compte parmi les plus chers d’Europe. Le gouvernement allemand a opté pour une assiette fiscale plus fructueuse : la somme des mises spécifiques des joueurs.

Pour compenser, les opérateurs doivent réduire le taux de retour aux joueurs (RTP) de leurs ludothèques. Le Return To Player est plus qu’une statistique. C’est un indicateur très important qui révèle la rentabilité du jeu.

Cette décision fragilise le marché des jeux d’argent en ligne. Le chiffre d’affaires des opérateurs diminue avec le RTP. Les slots vidéo qui possèdent les taux les plus élevés sont les plus populaires auprès des joueurs. Les casinos illégaux vont prospérer. À cause de ce régime fiscal, les entreprises LeoVegas AB, Flutter et Antrain ont subi des pertes de plusieurs millions d’euros au début de l’exercice 2021. Face à l’urgence de la situation, l’association des opérateurs de jeux d’Allemagne demande à l’Union européenne d’intervenir. L’Etat allemand est accusé de pratiquer une politique anticoncurrentielle au profit des casinos terrestres du pays. L’affaire est en cours. Plusieurs rebondissements sont prévus dans les prochains mois. Le concours de l’UE restera vain si l’Allemagne invoque sa souveraineté sur les jeux d’argent du pays.