Ontario : attribution des premières licences à 3 opérateurs

3 opérateurs reçoivent leurs licences d’exploitation en Ontario. Cette autorisation leur permet de lancer leur site de jeux d’argent. Ce marché tout nouveau doit officiellement ouvrir en avril 2022. TheScore Bet, Rivalry Corporation et PointsBet sont ces 3 chanceux qui accèdent les premiers au secteur ontarien de l’iGaming. Une excellente nouvelle pour les opérateurs Les 3 sociétés […]

3 opérateurs obtiennent des licences en Ontario

3 opérateurs reçoivent leurs licences d’exploitation en Ontario. Cette autorisation leur permet de lancer leur site de jeux d’argent. Ce marché tout nouveau doit officiellement ouvrir en avril 2022. TheScore Bet, Rivalry Corporation et PointsBet sont ces 3 chanceux qui accèdent les premiers au secteur ontarien de l’iGaming.

Une excellente nouvelle pour les opérateurs

Les 3 sociétés de jeux d’argent qui obtiennent leurs licences sont fières d’être les pionniers du tout nouveau marché de l’Ontario. La Commission de l’Alcool et des jeux de l’Ontario (AGCO) pose des exigences strictes pour accorder ces autorisations.

Le PDG de TheSCore Bet, John Levy annonce l’ambition de l’opérateur de rester un précurseur du jeu en ligne ontarien. Il fait également part de sa joie de faire partie des 3 premiers licenciés de tous les opérateurs. TheScore Bet détient 2 autres certifications qui représentent des gages de qualité. La RG Check iGaming délivrée par le Conseil du jeu responsable (RGC) authentifie la mise aux normes de prévention du jeu problématique. Par ailleurs, la Gaming Labs International garantit l’adéquation du site à venir au registraire pour les jeux en ligne.

Steven Salz, cofondateur et directeur général de Rivalry Corporation, insiste sur le privilège que c’est de posséder cette licence de casino en ligne. Il parle des innovations que la firme va apporter sur le marché de l’iGaming. Salz affirme que les divertissements présentés par l’opérateur vont laisser un souvenir indélébile aux joueurs.

Les leaders de PointsBet, quant à eux, mettent en avant le côté patriotique de leur société. En effet, le PDG tient la promesse faite aux débuts des négociations avec l’Ontario. Ce serment consiste à employer des Canadiens pour lancer un bookmaker authentiquement canadien. Cipriano, la vice-présidente de PointsBet réitère sa volonté d’aider à la construction d’un environnement de jeu sain. Elle déclare prendre au sérieux la sécurité des joueurs et vouloir introduire des jeux d’argent de manière responsable. Cette responsable de PointsBet atteste utiliser l’expérience acquise en Australie et aux États-Unis pour créer un marché compétitif en Ontario.

Une innovation dans le paysage des paris ontariens

La loi canadienne permet l’implantation de l’iGaming depuis 2021. Ce texte est le résultat de nombreuses demandes. En effet, les opérateurs revendiquent un changement de la loi depuis plusieurs années. Auparavant, des monopoles et des interdictions empêchaient l’expansion de ce marché en Ontario. Certaines provinces se sont approprié des sociétés de loterie. De plus, les joueurs ne pouvaient parier que sur plusieurs évènements en même temps. La situation a changé grâce à la nouvelle législation. En août 2021, la prohibition de pari sur une seule compétition sportive est levée.
Cependant, l’ouverture du secteur s’assortit de réglementations. Ainsi, les paris sportifs par exemple comprennent des restrictions de commercialisation. En outre, les opérateurs doivent incorporer un système de surveillance de l’intégrité. Une licence coûte 100 000 dollars canadiens ou environ 78 000 $ américains. Les sociétés de jeux d’argent doivent payer des frais annuels de renouvellement. Ils s’élèvent également à 100 000 dollars canadiens.

Malgré ces contraintes, le Canada reste un territoire convoité par les opérateurs de jeux de hasard en ligne. Son attrait réside notamment dans la taille de sa population.