Les recettes fiscales issues des jeux offshores augmentent aux Philippines

casino okada philippines

Les Philippines ont également bénéficié de l’incroyable essor des jeux d’argent en ligne au cours de l’année 2020. Ainsi, les recettes fiscales générées par les jeux offshores ont été plus importantes par rapport aux 2 années précédentes. Pourtant, le nombre d’opérateurs a sensiblement diminué.

Plus de taxes…

Aux Philippines, les opérateurs de jeux offshore sont connus sous l’acronyme POGO (Philippines Offshore Gaming Operators). L’année dernière, ces opérateurs ont payé des taxes d’une valeur de 7,18 milliards de pesos philippins, soit 149,3 millions de dollars, au gouvernement. Néanmoins, les recettes fiscales de 2020 restent inférieures aux projections du gouvernement.

Selon le Bureau philippin des revenus internes, ces recettes fiscales ont augmenté de 11,7 % par rapport à celles collectées en 2019. Par ailleurs, en 2018, les taxes générées par les POGO s’élevaient à 49,1 millions de dollars. Les POGO ont donc rapporté plus de recettes fiscales en 2020 par rapport aux 2 années précédentes. Selon l’autorité de régulation des jeux, PAGCOR, 75 % des recettes sont reversés dans les caisses du gouvernement et le reste destinés aux projets sociaux du régulateur.

Cette incroyable embellie s’explique d’abord par les conséquences de la pandémie du Covid-19 contraignant bon nombre de personnes à rester chez eux. D’autre part, le gouvernement philippin a fait des POGO son faire de lance pour redresser l’économie. Les autorités ont donc imposé des taxes supplémentaires aux opérateurs de jeux d’argent en ligne. Par aexemple, le régulateur du pays, PAGCOR, a mis en place une taxe sur les revenus bruts des jeux de POGO à hauteur de 5 %. D’autre part, les opérateurs sont tenus de payer un impôt de 2 % pour les opérations offshore. Les expatriés travaillant pour les POGO font également l’objet d’une taxe de 25 % si leur salaire équivaut à 600 000 pesos philippins par an.

…et moins d’opérateurs

La situation de l’industrie des jeux d’argent aux Philippines est assez paradoxale. Si le montant des recettes fiscales a augmenté, le nombre d’opérateurs a véritablement diminué. En effet, bon nombre de POGO ont dû fermer leurs portes face à la crise sanitaire du Covid-19. De plus, la Chine s’est toujours ouvertement opposée aux sites jeux d’argent en ligne qui ciblent principalement ses citoyens. Face à ses diverses manœuvres, plusieurs opérateurs auraient décidé de mettre la clé sous la porte.

Selon les estimations, 130 entreprises ont reçu une accréditation POGO. Pourtant, seule une cinquantaine continuent de mener leurs activités actuellement.

Cette baisse du nombre d’opérateurs s’explique aussi par l’arrêt de la délivrance de licence de jeux. En effet, en 2019, le président philippin, Rodrigo Duterte, a ordonné la cessation d’octroi de nouveaux permis.

Face au dynamisme des plateformes de jeux sur internet, les opérateurs de casinos terrestres ont décidé d’investir dans ce secteur. Ainsi, quelques casinos ont acquis une extension de leur licence leur permettant de proposer des jeux d’argent en ligne. Cependant, ces derniers sont régis par une tout autre réglementation, PIGO (Philippine Inland Gaming Operator). Ainsi, la clientèle des PIGO se cantonne uniquement à ceux qui ont déjà joué dans ces casinos et qui figurent dans leur base de données. Les taxes imposées aux PIGO sont à hauteur de 30 %.