Les opérateurs de jeux d’argent avertis sur l’incitation aux jeux destinés aux mineurs

stop

Les régulateurs des jeux se sont prononcés sur la stratégie marketing des sites de jeux d’argent actuels. Désormais, les annonces susceptibles de plaire aux jeunes enfants sont bannies de la toile. Tout opérateur de jeux de hasard pris à utiliser encore ces publicités sera réprimandé par de lourdes sanctions.

Une mise en garde pour tous les opérateurs de jeux

L’avertissement vient de tomber pour tous les sites de paris en ligne. Dorénavant, plus aucune publicité d’incitation aux jeux de hasard, impliquant de près ou de loin les moins de 18 ans, ne sera acceptée. Près de 450 opérateurs sont concernés par cette répression. Ils ont tout récemment reçu une lettre mettant en garde leur pratique, un avertissement de la part de la Gambling Commission, l’Advertising Standards Authority, le Committee of Advertising Practice (CAP) et la Remote Gambling Association.

Les moins de 18 sont des cibles faciles et très vulnérables. On devrait les protéger des risques liés aux jeux, non les exploiter. Pour y parvenir, les régulateurs ont insisté sur le fait de modifier, voire supprimer toute forme de publicités susceptibles de plaire aux enfants. Cela concerne notamment les images attractives de dessins animés et bandes dessinées, l’utilisation de couleurs ou d’animaux tels que Pirate Princess, Piggy Payout… Qu’il s’agisse des annonces sur le site web de l’opérateur ou dans les médias tiers.

Un rappel sur le respect de la politique de jeu responsable

Cette décision ne date pas d’hier. La situation est devenue trop critique pour rester les bras croisés et ne pas agir. En effet, près de 450 000 enfants jouent chaque semaine, d’après les rapports de la Gambling Commission l’année 2020. Et environ 9 000 d’entre eux ont été déclarés joueurs compulsifs. Face à cette situation, la Local Government Association (LGA) a appuyé le projet de répression des régulateurs, bien qu’il souhaite des restrictions encore plus importantes.

Selon Simon Blackburn, président du conseil de la LGA, le jeu compulsif peut causer de lourdes séquelles pour les personnes vulnérables. On ne dénombre plus les cas de détérioration de la santé mentale, les dettes de jeu, les troubles comportementaux, les familles détruites, les enfants devenus criminels… Il est plus qu’essentiel que les moins de 18 ans soient protégés de ces préjudices liés au jeu.

Comment les opérateurs s’y prennent-ils pour attirer les clients jeunes ?

Si les régulateurs ont mis en place ces restrictions, c’est que les publicités sur les jeux d’argent inondent les sites utilisés par les mineurs. Sur les réseaux sociaux, les messages publicitaires abondent. Les sites de jeux de hasard utilisent un ton cool, des figures populaires, des offres alléchantes… pour amadouer sa clientèle. Ils apprennent le langage et les codes des jeunes, et arrivent plus facilement à les attirer dans leur filet.

Snapchat, Tik Tok, Tweet, Instagram… les sites de jeux d’argent sont présents sur tous les réseaux sociaux. Et pour mieux atteindre leur cible, ils travaillent en collaboration avec des pages populaires et de nombreux influenceurs, support idéal pour garantir leur stratégie de marketing digital.