Le Syndicat général des travailleurs de Malte accuse NetEnt et Evolution d’enfreindre la loi sur les licenciements collectifs

bureaux netent

Alors que le géant des jeux live casino, Evolution, finalise l’acquisition du software suédois NetEnt, le Syndicat général des travailleurs de Malte (General Workers’ Union) déclame que les procédures sur les licenciements collectifs n’ont pas été respecté. Dimanche dernier, le syndicat a déclaré un conflit de travail avec les deux développeurs au sujet de ces licenciements. Avec la fermeture de ses studios à Malte, NetEnt prévoie de licencier 300 employés.

Infraction aux procédures de licenciement

Pour rappel, Evolution a soumis une proposition de rachat du fournisseur de jeux de casino en ligne, NetEnt. La transaction s’élève à près de 2 milliards d’euros et a obtenu le feu vert des autorités concernées au mois de novembre. Des estimations ont avancé que la fusion de NetEnt avec Evolution lui permettrait d’économiser 30 millions d’euros de dépenses incluant les licenciements. Ce mois de décembre, les deux entreprises finalisent donc le rachat et passent à la vitesse supérieure.

Cette semaine, le General Workers’ Union a tiré la sonnette d’alarme. Plus de 300 employés de NetEnt sont prévus être licenciés. Cependant, selon le syndicat, les deux entreprises n’ont pas respecté les réglementations liées au licenciement. NetEnt et Evolution n’ont pas reconnu le GWU comme le représentant officiel des employés. « Cela constitue une violation de la réglementation maltaise sur les licenciements collectifs selon laquelle l’employeur qui propose de déclarer le licenciement collectif a le devoir d’informer par écrit les représentants des travailleurs », indique le syndicat.

D’autre part, le GWU affirme que les deux sociétés n’ont fourni aucun détail par écrit sur les licenciements. Selon la législation, les employeurs doivent spécifier aux représentants des employés la raison des licenciements, le nombre, la date, les critères de sélection ainsi que l’indemnité qu’ils proposent. Le syndicat déplore également qu’aucun effort n’ait été consenti pour éviter ces licenciements.

General Workers’ Union mènera des revendications

complaint netent evolution

Le licenciement concerne notamment les employés de NetEnt à Malte. Suite à la fusion avec Evolution, l’éditeur de Gonzo’s Quest a décidé de fermer ses studios live dans cette localité. Evolution compte s’appuyer uniquement sur ses installations afin d’éviter des tâches répétitives. Pourtant, NetEnt avait beaucoup investi pour développer ses jeux live casino. La fermeture de ses studios a provoqué une panne pour l’ensemble de sa gamme de jeux.

L’arrêt de travail est tombé comme un couperet pour les salariés de NetEnt. D’après un employé, la société continuait ses activités lundi. Le mardi, la sécurité a informé le personnel qu’ils doivent quitter leur poste, récupérer leurs effets personnels et quitter les lieux. De nombreuses personnes ont été choquées par cette manœuvre. Certaines ont confié à un périodique de Malte qu’elles étaient escortées par la sécurité alors que des représentants du nouveau propriétaire de l’entreprise buvaient du champagne et mangeaient de la pizza. De son côté, Evolution affirme qu’il reste disponible pour les employés pour répondre à leurs préoccupations ou leur fournir des informations sur le processus.

Face à cette situation, le General Workers’ Union entend déposer des plaintes et mener des revendications. D’après le Code du travail, les employeurs en infraction sont passibles d’une amende d’au moins 1 100 euros pour chaque salarié déclaré licencié.