Le régulateur néerlandais et Facebook luttent contre les loteries illégales

Les loteries en ligne illicites sont en pleine recrudescence ces derniers mois aux Pays-Bas. L’organisme de régulation du jeu Kansspelautoriteit (KSA) a donc contracté un partenariat avec le géant des réseaux sociaux, Facebook. L’objectif est de signaler et bloquer les groupes sur Facebook qui organisent ces loteries illégales. Lutte contre les loteries illicites sur Facebook […]

pays-bas

Les loteries en ligne illicites sont en pleine recrudescence ces derniers mois aux Pays-Bas. L’organisme de régulation du jeu Kansspelautoriteit (KSA) a donc contracté un partenariat avec le géant des réseaux sociaux, Facebook. L’objectif est de signaler et bloquer les groupes sur Facebook qui organisent ces loteries illégales.

Lutte contre les loteries illicites sur Facebook

L’autorité de régulation du jeu aux Pays-Bas fait face à un phénomène assez particulier. Ces derniers temps, des loteries illégales ou « dip-loteries » sont organisées en ligne. Pour ce faire, les malfaiteurs utilisent les réseaux sociaux notamment Facebook et créent un groupe. Ils appâtent les joueurs et n’hésitent pas à diffuser des publicités. De nombreux cas ont déjà été signalés au KSA.

Pour lutter contre cette forme de jeu illégal, le régulateur a décidé de s’attaquer à la source. Ainsi, il a conclu un partenariat avec Facebook afin de signaler et supprimer ces loteries illicites. Le KSA considère que c’est « le moyen le plus rapide et le plus efficace pour arrêter les violations de la loi sur les jeux de hasard ».

Une procédure est donc mise en place. Lorsque le régulateur constate une activité illégale, il envoie une demande de suppression du groupe à Facebook. Le réseau social traite le rapport et agit en conséquence.

Aux Pays-Bas, l’organisation de jeux de loterie est réservée aux opérateurs titulaires d’une licence. De plus, les loteries n’ont aucunement un but commercial puisque la loi stipule que 40 % des recettes doivent être réservées à des œuvres caritatives. La collaboration de KSA avec Facebook vise à protéger les opérateurs qui respectent la réglementation du pays. Sa démarche consiste également à assurer un environnement plus sûr aux joueurs. L’organisme de régulation est très rigoureux à ce sujet. Fin octobre, il a pris la décision de suspendre les offres promotionnelles comme les Happy Hour. Cette mesure tend à mieux protéger les personnes vulnérables au jeu. Le régulateur néerlandais a aussi souligné que les publicités sur les jeux d’argent présentées comme une solution aux problèmes financiers seront supprimées.

Les Pays-Bas ont entamé une série de réformes concernant l’industrie des jeux d’argent. La délivrance des licences de jeux est soumise à des conditions plus strictes dont une existence légale de 3 ans minimum pour les opérateurs. En principe, les casinos en ligne obtiendront leur feu vert en 2021 sur le marché néerlandais.

Facebook, très actif pour la promotion de jeu responsable

Ce nouveau partenariat démontre l’engagement de Facebook dans la promotion du jeu responsable. En effet, la plateforme a récemment signé un partenariat avec une autre entité de l’industrie des jeux de hasard. La collaboration convenue avec le régulateur britannique, UK Gambling Commission (UKGC), visait à mieux protéger les mineurs et les personnes qui ont des problèmes de jeux excessifs. Les deux entités ont conçu un guide permettant de filtrer et contrôler les publicités liées aux jeux d’argent sur le réseau social.

Facebook a aussi collaboré avec le régulateur norvégien pour supprimer les publicités de sites de jeux illégaux sur la plateforme.