Le joueur de poker Scott Robbins poursuit le Borgata en justice après un bannissement à vie

L’hôtel-casino Borgata d’Atlantic City est l’un des hôtes du World Poker Tour. L’établissement accueille ainsi plusieurs invités. Le joueur de poker professionnel Scott Robins en fait partie. Mais la blague sur le suicide n’est pas passée ce qui lui a valu un bannissement à vie du casino. Le joueur a engagé des poursuites judiciaires et […]

L’hôtel-casino Borgata d’Atlantic City est l’un des hôtes du World Poker Tour. L’établissement accueille ainsi plusieurs invités. Le joueur de poker professionnel Scott Robins en fait partie. Mais la blague sur le suicide n’est pas passée ce qui lui a valu un bannissement à vie du casino. Le joueur a engagé des poursuites judiciaires et réclame un dédommagement de 1,25 million de dollars à Borgata.

Une blague sur le suicide

L’année dernière, le World Poker Tour s’est décliné en plusieurs tournois. Le casino Borgata d’Atlantic City a accueilli l’une des étapes. Ainsi, plusieurs amateurs de poker s’y sont rendus, dont Scott Robins, un joueur de poker professionnel. Ce dernier vient de Millbury, du Massachusetts et voulait participer à un évènement avec un buy-in de 3 500 dollars. Cependant, rien ne se passe comme il l’a prévu.

Tout commence par une blague mal partie. Scott Robbins descend au Borgata et demande une chambre. Le réceptionniste l’interroge s’il souhaite un étage élevé ou un étage bas. Le joueur aurait répondu sur le ton de la plaisanterie que s’il devait sauter d’une fenêtre d’un étage élevé en cas de catastrophe, pourrait-il y arriver ? Mais l’employé du complexe hôtelier lui a dit de ne pas faire cela. L’amateur de poker reformule la question en demandant cette fois s’il s’en sortirait en sautant d’un étage inférieur. Le réceptionniste a donné la même réponse. Scott Robbins a mis fin à la discussion en déclarant que l’étage n’a pas d’importance puisqu’il ne survivrait pas. Il obtient donc la clé d’une chambre au 30ème étage et s’y rend pour se reposer.

1,25 million de dollars de dédommagement

Toutefois, le Borgata n’a pas pris à la légère la blague de Scott Robbins. En effet, certains joueurs deviennent inconsolables en cas de perte et envisagent de se suicider. L’hôtel a déjà pris des précautions en installant des vitres d’un pouce d’épaisseur aux fenêtres. Pour s’assurer que le joueur de poker professionnel ne commette l’irréparable, des agents de sécurité sont venus dans sa chambre. Ils l’ont ensuite informé qu’il devait passer un examen psychiatrique pour pouvoir rester dans l’hôtel. Une ambulance l’a emmené dans établissement psychiatrique, le psychologue a conclu que le joueur ne représentait pas une menace ni pour lui-même ni pour les autres.

Cependant, les résultats de cet examen n’ont pas rassuré le Borgata. Scott Robbins s’est toujours vu refuser l’accès au casino, il a même fait l’objet d’un bannissement à vie. Le joueur décide de porter plainte et poursuit l’hôtel-casino pour 28 délits, dont violation de l’obligation d’hébergement public, calomnie, diffamation, etc. L’amateur de poker estime qu’il a droit à 850 000 dollars de dommages et intérêts pour ne pas avoir pu accéder aux tournois de poker du Borgata. Au total, il demande 1,25 million de dollars de dédommagement. S’il remporte le procès, il pourrait obtenir le triple de ce montant, c’est-à-dire plus de 3 millions de dollars. L’affaire est désormais entre les mains de la cour fédérale.