Le CRUKS, un outil néerlandais de protection des joueurs très prometteur

L’application de la nouvelle loi sur les jeux d’argent à distance est très attendue aux Pays-Bas. Mais les mesures d’accompagnement attirent également l’attention de la communauté de joueurs de casino. Pour cause, la Kans Spel Autoriteit, l’autorité néerlandaise de régulation des jeux, s’est démarquée avec un concept révolutionnaire. En effet, le mécanisme de système d’auto-exclusion […]

jeux d'argent pays bas

L’application de la nouvelle loi sur les jeux d’argent à distance est très attendue aux Pays-Bas. Mais les mesures d’accompagnement attirent également l’attention de la communauté de joueurs de casino. Pour cause, la Kans Spel Autoriteit, l’autorité néerlandaise de régulation des jeux, s’est démarquée avec un concept révolutionnaire. En effet, le mécanisme de système d’auto-exclusion du Centraal Register Uitsluiting Kansspelen (CRUKS) est assez spécial en son genre.

Un dispositif s’appliquant à tous les joueurs sur le territoire néerlandais

La KSA s’apprête d’ores et déjà à lancer le programme d’accompagnement des joueurs lié au statut d’auto-exclusion appelé CRUKS. Il a pour objectif d’effectuer à toute heure la régulation et le suivi de tous les joueurs de casino aux Pays-Bas. Chacun d’entre eux peut accéder au CRUKS via le système DigiD, la plateforme de connexion en ligne associée au Burgerservicenummer. C’est-à-dire la forme d’identification virtuelle qui permet aux résidents d’accéder à tous les sites Web du gouvernement.
Ensuite, les joueurs doivent s’inscrire par le biais de quelques données personnelles : date de naissance, nom et numéro de service public.

Lorsqu’un joueur accède à un établissement ou une plateforme de jeux, ces mêmes informations lui seront demandées. Par conséquent, les détails sur sa situation d’auto-exclusion sont affichés et la procédure de suivi entre en marche avant qu’il ne joue. Il est important de signaler que cet outil est valable aussi bien pour les casinos virtuels que les casinos physiques.

Un appareil de contrôle impliquant les opérateurs

Grâce au CRUKS, les opérateurs seront surveillés de près de la même façon que l’auto-exclusion des joueurs. Pour prouver sa bonne foi et mériter sa licence de jeu, chaque casino est obligé de coopérer avec le CRUKS. Afin d’obtenir une licence, tout opérateur doit d’abord intégrer ce mécanisme de contrôle dans son système. De cette manière, il peut collaborer avec la KSA et contribuer à la création d’un environnement de jeu plus sain.

Pour ce faire, les opérateurs sont tenus d’effectuer une inspection avant de permettre au joueur d’entrer dans le casino. Si le joueur n’est pas encore inscrit sur le dispositif de sécurité, l’accès aux jeux lui sera interdit. Sinon, le casino s’engage à respecter scrupuleusement ses conditions d’auto-exclusion déjà mentionnées sur CRUKS. Ainsi, les opérateurs priorisent la transparence et se trouvent dans l’obligation d’informer ses clients de l’existence et l’utilité du CRUKS.

Une première pour l’Europe

L’addiction aux jeux est un problème à prendre vraiment au sérieux et nécessite des mesures fermes. L’initiative des Pays-Bas avec CRUKS est une première dans le vieux continent et elle pourrait en inspirer d’autres à l’avenir. Pour défendre ce projet face à la commission européenne, le gouvernement néerlandais a bien insisté sur ses qualités non-discriminatoires. De même, il souligne sa conformité aux juridictions internationales et européennes.

Outre le CRUKS, la KSA veut également se lancer dans le renforcement de la règlementation des jeux de loterie unique. Dans cette optique, elle prévoit d’attribuer une bonne partie des investissements dans ce type de divertissement à une cause spécifique. Cette institution espère imposer une règle selon laquelle 40% des fonds vont être alloués à une cause d’intérêt public.