L’ANJ recommande la réduction des publicités sur les paris sportifs

publicité paris sportifs

Le rideau est tombé sur l’Euro 2020, l’heure est venue pour faire un bilan notamment pour l’Autorité nationale des jeux en France (ANJ). Cet organisme a commandé des enquêtes durant ce célèbre évènement du football. Les résultats démontrent des pratiques publicitaires excessives qui ciblent particulièrement les jeunes. L’ANJ préconise donc une réduction drastique des publicités sur les paris sportifs.

Pression publicitaire : la limite dépassée

Le championnat d’Europe de football est un rendez-vous incontournable tant pour les fans du ballon rond que pour les amateurs de jeux d’argent. En France, les joueurs ont parié 438 millions d’euros sur les sites de paris sportifs. A chaque match de la sélection française, une moyenne de 22 millions d’euros de mises en ligne ont été enregistrées. Cette compétition sportive a démontré l’engouement croissant pour les paris sportifs.

Pour l’ANJ, cet évènement a aussi mis en lumière des « pratiques contestables » sur le plan marketing. Plusieurs opérateurs ont effectué des matraquages publicitaires visant même une stimulation excessive du jeu. Ces contenus marketing ciblent également les jeunes en faisant miroiter l’argent facile. Une étude menée par Harris Interactive durant l’Euro révèle que plus de la moitié des personnes ayant vu les publicités sur les paris sportifs affirment qu’elles sont trop nombreuses. De plus, 8 français sur 10 estiment que ces pubs peuvent présenter un risque d’addiction.

Pour le régulateur français, une limite a été franchie en matière de pression publicitaire. Cet organisme a adressé un avertissement à peine voilé aux opérateurs pour « réduire drastiquement et immédiatement la pression publicitaire en faveur des paris sportifs ». Pour l’ANJ, les actions commerciales qui ciblent les jeunes adultes sont aussi problématiques.

5 chantiers pour éviter les dérives

L’Autorité de régulation du jeu a réuni les opérateurs de jeux d’argent agréés le 20 juillet dernière. C’était l’occasion pour l’organisme de faire part de ses diverses recommandations à l’issue de l’Euro 2020. Ainsi, l’ANJ a présenté un plan d’actions qui se décline en 5 chantiers. L’objectif est de renforcer la conformité des opérateurs et de promouvoir les bonnes pratiques de jeu.  Ainsi, le régulateur se penchera sur les stratégies promotionnelles, les gratifications commerciales, les mesures contre le jeu excessif, les limitations de mise et le phénomène des tipsters.

Concernant l’accompagnement des joueurs excessifs, l’ANJ organisera en septembre un séminaire sur l’addiction des jeux de hasard. Plusieurs experts en la matière y participeront « pour s’accorder sur une définition commune » du jeu excessif. En effet, cette définition varie d’un opérateur à un autre et peut compromettre la protection des joueurs. Le régulateur suivra aussi les plaintes de joueurs problématiques qui reçoivent des incitations commerciales.

L’ANJ continue la lutte contre les jeux d’argent illégaux. Elle a récemment demandé le blocage de 2 sites (cbet et stake) par les fournisseurs d’accès internet dans l’Hexagone. Ces plateformes ont enregistré un important nombre de visites, dont 560 000 en juin. Le régulateur rappelle que la législation française n’autorise pas les jeux de casino en ligne. La réglementation ne garantit aucun recours si un joueur ne reçoit pas ses gains.