L’ANJ facilite la procédure d’auto-exclusion au jeu

L’Autorité Nationale des Jeux (ANJ) en France a repris la gestion du fichier d’auto-exclusion au jeu depuis l’année dernière. En début d’année, le régulateur a annoncé une série de réformes visant à faciliter la procédure. Par ailleurs, le délai de traitement est également plus rapide. Une démarche digitale Auparavant, les joueurs souhaitant s’inscrire sur le […]

france drapeau

L’Autorité Nationale des Jeux (ANJ) en France a repris la gestion du fichier d’auto-exclusion au jeu depuis l’année dernière. En début d’année, le régulateur a annoncé une série de réformes visant à faciliter la procédure. Par ailleurs, le délai de traitement est également plus rapide.

Une démarche digitale

Auparavant, les joueurs souhaitant s’inscrire sur le fichier des interdictions volontaires de jeux devaient s’adresser à la police. Pour ce faire, ils doivent faire part de leur intention au Service central des courses et jeux (SCCJ) et participer à un entretien.

Cette procédure semble lourde et dissuasive selon l’ANJ qui a repris la gestion du fichier depuis le 31 décembre 2020. Cet organisme de régulation a donc mis en place une nouvelle démarche visant à simplifier et à faciliter l’auto-exclusion d’un joueur.

La procédure a été entièrement dématérialisée. Le joueur n’aura plus à se déplacer, car il suffit d’envoyer la demande d’interdiction à l’adresse e-mail interdictiondejeux.anj.fr avec une pièce d’identité. Les personnes concernées peuvent également envoyer cette requête par courrier. Ensuite, l’ANJ reprend contact avec le joueur pour une vérification d’identité. Enfin, l’autorité de régulation confirme l’inscription sur le registre d’auto-exclusion.

Le délai de traitement a été sensiblement réduit. Si le joueur devait attendre 1 mois et demi pour avoir une réponse auprès d’un commissariat de police, grâce à la démarche digitale, l’attente est réduite à 2 semaines au maximum.

40 000 personnes inscrites au fichier des interdictions volontaires de jeux

Selon toujours l’ANJ près de 40 000 personnes se sont actuellement inscrites au registre des interdictions volontaires de jeux. Cette démarche vise à offrir une protection sur le jeu excessif et ses corollaires : isolement, difficultés financières, troubles psychologiques, etc. Les joueurs eux-mêmes ainsi que les tuteurs peuvent soumettre une demande d’inscription au fichier.

Concrètement, l’inscription au registre implique que le joueur n’aura pas accès aux casinos, aux clubs de jeux, aux sites de jeux d’argent agréés par l’ANJ (paris sportifs, paris hippiques et poker en ligne), mais également aux produits de la Française des Jeux et du PMU.

En mettant en place cette nouvelle démarche, l’ANJ vise à fluidifier la procédure. Grâce à un délai de traitement plus rapide, le régulateur souhaite apporter plus rapidement l’aide nécessaire aux personnes qui ont des problèmes de jeu excessif.

À noter que l’interdiction est valide durant 3 ans. Passé ce délai, le joueur peut demander une levée d’interdiction toujours auprès du service en ligne.

Plusieurs services anonymes peuvent accompagner les joueurs qui ont des problèmes d’addiction et fournir le soutien nécessaire à leur famille. Ces services sont gratuits et accessibles en ligne.