La protection des mineurs contre la dépendance aux jeux renforcée au Royaume-Uni

L’Espagne et l’Italie sont les premiers pays à interdire l’image des sportifs sur des annonces faisant la promotion des jeux de hasard. Le Royaume-Uni va très vite les imiter puisque le Comité Britannique de la Pratique Publicitaire ou CAP compte appliquer une mesure dans les plus brefs délais. Celle-ci consiste à une interdiction formelle d’associer l’image des personnalités à des publicités de jeux d’argent et de hasard. Pour commencer cette campagne, le CAP va prendre l’exemple de 3 personnalités de renom dans le paysage footballistique. La prise de cette mesure rentre toujours dans le cadre de la protection des mineurs.

Le CAP en première ligne

Le rôle du CAP est de définir et de contrôler les normes de publicité au Royaume-Uni. Il va alors vérifier si les publicités sont à la fois sûres et responsables. Face à l’augmentation du nombre de mineurs dépendants aux jeux de hasard et d’argent, le CAP n’a eu d’autre choix que de prendre des mesures strictes et sévères. L’organisme a donc pris la décision d’interdire toute publicité de paris et de jeux de hasard où figurent des célébrités ou encore les grands sportifs. Comme on le sait, ils ont une grande influence sur les jeunes de 16 à 25 ans. Leur image ne pourra alors qu’inciter ces derniers à adopter de mauvais comportements. Ce sont 3 figures emblématiques du football qui vont voir les publicités les représentant être supprimées : l’ancien entraineur Redknapp, la légende du club de Liverpool Michael Owen, et enfin l’actuel manager du club de Tottenham José Mourinho.

Les publicités ayant une mauvaise influence sur les jeunes seront également interdites, et cela qu’importe la façon dont les adultes les perçoivent. C’est une évolution plus stricte de l’ancienne loi qui interdisait la publicité seulement si elle était autant mauvaise pour les mineurs que pour les adultes. Cette année 2020 a vu le Royaume-Uni entrer en guerre totale pour protéger les mineurs du jeu abusif. Au début de l’année, un projet de loi avait été soumis afin d’interdire les cartes de crédit sur les plateformes en ligne de paris et de jeux de hasard. La mise en application de cette loi a commencé à partir du mois d’avril.

Une réforme suivie par d’autres acteurs du secteur

C’est une enquête réalisée par la Gamble Award Research qui a montré la nécessité des mesures prises par le CAP. Selon les résultats de l’enquête, les mineurs sont fortement impactés par les publicités, et surtout par celles montrant des stars. C’est pourquoi il a été décidé d’interdire les annonces montrant des célébrités appréciées par les jeunes. S’il s’agit de personnalités peu connues des mineurs, leurs images pourront être autorisées. Mais cette mesure crée déjà un débat dans la mesure où il est difficile de déterminer la popularité réelle des célébrités.

Sous la pression des nombreux lobbies anti-jeux de hasard, les opérateurs sous licence britannique ont supprimé les publicités entre les évènements sportifs diffusés à partir de 21 heures. Selon le Betting and Gaming Council, cette mesure a contribué à une réduction de 97% des publicités visionnées par les mineurs. Les médias qui comptent un audimat constitué à 25% de mineurs n’ont également plus le droit de diffuser des annonces publicitaires à propos des jeux de hasard ou des paris sportifs.