France : les jeux d’argent reviennent à leur niveau de 2019

Après un 2020 morose, les jeux d’argent se rebiffent. Selon le rapport de l’ANJ, le chiffre d’affaires généré par les jeux d’argent a atteint 10,7 milliards d’euros en 2021, soit une hausse de 7 % par rapport à période précédente. Il se rapproche peu à peu de sa performance de 2019, où le produit brut […]

Après un 2020 morose, les jeux d’argent se rebiffent. Selon le rapport de l’ANJ, le chiffre d’affaires généré par les jeux d’argent a atteint 10,7 milliards d’euros en 2021, soit une hausse de 7 % par rapport à période précédente. Il se rapproche peu à peu de sa performance de 2019, où le produit brut des jeux (PJB) a frôlé les 11,1 milliards d’euros.

Par ailleurs, le secteur connait plus ou moins d’évolutions, à commencer par une part plus importante acquise par les jeux en ligne, passant de 9,5 % à 20 %.

Hausse portée par la loterie

Parmi les causes de cette hausse providentielle, l’ANJ désigne les loteries. En effet, les joueurs ont été plus que motivés. C’est ainsi que la FDJ, qui conserve le monopole de ce type d’offre, a amassé 5 milliards d’euros grâce à elles.

Malgré une année 2020 difficile, encore 80 % du produit brut des jeux de l’ensemble du secteur des jeux d’argent repose sur les opérateurs sous droit exclusif (FDJ et PMU) et les casinos en dur, dont 56 % pour la seule Française des jeux.

Toutefois, le tableau n’est pas rose pour ces derniers. Les gains des établissements de jeu ont reculé de 41 % par rapport à la précédente période. Ils n’ont réalisé qu’un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros. En outre, cette récession se ressent également dans la fréquentation, passant de 33 millions (2019) à 13 millions (2021).

Les casinos terrestres sont donc les grands défavorisés de 2021, malmenés par des fermetures intempestives durant 2 ans. L’ANJ craint même qu’ils aient « perdu une partie non négligeable de leur clientèle occasionnelle ».

Les jeux en ligne en plein essor

L’ANJ qualifie leur performance de « progression spectaculaire ». Et c’est peu de le dire. Plus précisément, les chiffres de 2021 connaissent une amélioration de 24 % par rapport à 2021. Le total des ventes effectuées dans le courant de 2021 dépasse les 2,1 milliards d’euros, contre 1,7 milliard en 2020.

Globalement, le secteur du jeu en ligne s’épanouit, encore plus que durant les périodes de confinement successives, et en dépit de la réouverture des quelque 30 000 points de vente de la FDJ. On peut donc raisonnablement penser que les jeux en ligne se trouvent sur une belle lancée.

Une offre plus visible

Toujours selon l’ANJ, le succès du secteur des jeux d’argent peut s’expliquer par un investissement massif dans la communication et le marketing. Rien que pour les opérateurs exclusifs (FDJ et PMU), le budget publicitaire s’élève à 239 millions d’euros.

Il y a aussi la hausse de certains indicateurs, comme le nombre de joueurs et les dépenses allouées aux jeux.

De plus, 2021 est loin d’être une année creuse. Elle a bénéficié de l’Euro 2020, qui a été décalé d’un an. D’après les observations du gendarme des jeux français, les grands événements sportifs stimulent incroyablement les paris.