Fin du monopole sur le marché des jeux de hasard dans l’Ontario

Jusqu’à présent, un seul opérateur était agréé dans le marché des jeux de hasard dans l’Ontario. Cependant, les autorités canadiennes ont décidé d’ouvrir ce secteur et mettre fin à ce monopole. En effet, une nouvelle loi a été présentée afin de permettre aux opérateurs d’intégrer ce marché à fort potentiel. C’est un projet qui date […]

Jusqu’à présent, un seul opérateur était agréé dans le marché des jeux de hasard dans l’Ontario. Cependant, les autorités canadiennes ont décidé d’ouvrir ce secteur et mettre fin à ce monopole. En effet, une nouvelle loi a été présentée afin de permettre aux opérateurs d’intégrer ce marché à fort potentiel. C’est un projet qui date de l’année dernière puisque les autorités de l’Ontario avaient déjà fait des annonces à ce sujet. Toutefois, la crise sanitaire actuelle a quelque peu ralenti son aboutissement. Dès que les opérateurs privés pourront se lancer officiellement, ce sera la Commission de l’Alcool et des Jeux de l’Ontario qui se chargera de réguler le marché.

Un décalage causé par le Covid-19

Que ce soit les joueurs ou les autorités, tous les acteurs concernés ont manifesté leur volonté de voir de la compétitivité sur le marché des jeux de hasard dans l’Ontario. Ce sera bientôt le cas avec une nouvelle loi qui va mettre fin au monopole de la société des loteries et des jeux de l’Ontario. En effet, c’est le seul opérateur de la province qui dispose des autorisations étatiques pour proposer des jeux de hasard. Son monopole est détenu grâce à sa plateforme virtuelle, playOGA.ca qui est la seule où les parieurs de la province peuvent jouer légalement.

casino en ligne

L’année dernière, le gouvernement de l’Ontario avait déjà lancé ce projet en marge de la présentation de son budget. Au cours de l’annonce, il avait proposé de mettre en place un marché de concurrence dans le secteur des jeux d’argent, en commençant par le marché en ligne. Comme le début de l’année 2020 a été marqué par la propagation du Covid-19, les priorités gouvernementales ont dû changer. C’est seulement au cours de ce dernier trimestre que l’ouverture des jeux de hasard aux opérateurs privés est revenue au premier plan.

Un projet parfaitement structuré

Les autorités de l’Ontario ont déjà effectué un maximum de préparation en prévision de cette nouvelle loi. Comme le marché des jeux d’argent et de hasard sera composé de plusieurs opérateurs, il sera nécessaire de mettre en place une entité de régulation. Celle-ci sera alors l’intermédiaire du gouvernement dans le contrôle du respect des règlementations en vigueur. Ce rôle sera donc attribué à la Commission de l’Alcool et des Jeux de l’Ontario, plus communément appelé CAJO.  

Pour faciliter la médiation entre les acteurs du marché des jeux et le gouvernement de l’Ontario, la création d’une filiale de la CAJO est prévue, celle-ci se chargera exclusivement de ce volet. Comme autres tâches, cette commission s’occupera également de la gestion de toutes les activités de jeu en ligne.

Pour que ce futur marché concurrentiel soit un succès, il est utile de recouper les informations concernant les besoins et les attentes des opérateurs privés souhaitant se lancer. C’est dans ce cadre que le gouvernement provincial et la CAJO se lancent dans une série de consultations. En plus des opérateurs, les consultations se font également auprès des joueurs qui constituent la pierre angulaire de la réussite de ce projet.