Des élus exhortent la réouverture des casinos en France

La situation des casinos et établissements de jeux est critique en France. Le secteur des jeux d’argent est verrouillé depuis des mois à cause des mesures restrictives pour endiguer le Covid-19. Acculés, les opérateurs sont contraints de procéder à des licenciements et même de mettre la clé sous la porte. Ces derniers ont demandé à […]

L’ANETT

La situation des casinos et établissements de jeux est critique en France. Le secteur des jeux d’argent est verrouillé depuis des mois à cause des mesures restrictives pour endiguer le Covid-19. Acculés, les opérateurs sont contraints de procéder à des licenciements et même de mettre la clé sous la porte. Ces derniers ont demandé à plusieurs reprises de reprendre leurs activités. Une requête que l’Association Nationale des Élus des territoires Touristiques soutient.

L’ANETT appuie la réouverture des casinos

La deuxième vague du Covid-19 n’a pas épargné la France. Au mois d’octobre, le gouvernement a décrété un second confinement qui a pris fin en novembre. Cependant, l’industrie des jeux d’argent est restée verrouillée contrairement à d’autres secteurs d’activités. Les autorités ont alors avancé la date du 15 décembre pour la réouverture des casinos et des établissements de jeux. Toutefois, cela n’a pu se faire et les casinotiers ont été tenus de garder leurs portes fermées.

Face à cette situation, les opérateurs de jeux de hasard ont tiré la sonnette d’alarme à plusieurs reprises. Au mois de février, la commission casinos de l’Association Nationale des Élus des territoires Touristiques (ANETT) s’est concertée sur le sort de l’industrie des jeux d’argent qui est étroitement liée à celui du tourisme. Il apparaît que bon nombre de casinos ont cessé les paiements alors que d’autres projettent des licenciements. Les maires qui ont participé à la réunion ont donc déclaré soutenir la requête des casinos de reprendre leurs activités.

Pour l’ANETT, « les casinos sont en effet en capacité aujourd’hui de fonctionner avec des mesures de prévention éprouvées et renforcées, en garantissant la santé de leurs salariés et de leurs clients ». Les élus regroupés au sein de cette association sont convaincus que la réouverture des casinos est la seule solution viable pour sauver cette filière. L’ANETT a également souligné que la survie de nombreuses stations touristiques dépend de celle du marché des jeux de hasard.

Des pertes de 100 %, des projets en veilleuse

Accumulant les pertes, certains établissements ont déjà mis la clé sous la porte. Selon Arnaud Jalabert, directeur du casino de Cherbourg, dans la Manche, le de Saint-Nectaire en Puy-de-Dôme a décidé de fermer. Si la situation n’évolue pas, d’autres établissements pourraient lui emboîter le pas.

Pour le casino de Cherbourg, le nouvel exercice financier a commencé au mois de novembre 2020. Pourtant, l’établissement n’a enregistré que des pertes à 100 % durant ces 5 mois d’exercice. « L’année dernière, nous avons été pénalisés par un déficit à hauteur de 30 % » confie Arnaud Jalabert. Pour ce dernier, le véritable problème concerne le manque de perspectives.

Dans d’autres localités, des projets de construction de casinos ont été mis en veilleuse à l’instar de celui de la commune de Neufchâtel-Hardelot. La commune devait prescrire une étude de faisabilité, mais étant donné la crise sanitaire, les procédures sont remises aux calendes grecques. Malgré les circonstances défavorables, les élus ne comptent pas pour autant abandonner ce projet.