Des casinos accusés de non-respect des mesures sanitaires

Après plusieurs semaines de confinement, les casinos terrestres ont pu rouvrir leurs portes à travers le monde. Cette reprise est pourtant soumise à diverses conditions notamment le respect de distanciation physique et de mesures sanitaires pour endiguer la propagation du coronavirus. Les régulateurs ne plaisantent pas sur ces différentes précautions. Certains établissements de jeux ont […]

Port de masque dans les casinos

Après plusieurs semaines de confinement, les casinos terrestres ont pu rouvrir leurs portes à travers le monde. Cette reprise est pourtant soumise à diverses conditions notamment le respect de distanciation physique et de mesures sanitaires pour endiguer la propagation du coronavirus. Les régulateurs ne plaisantent pas sur ces différentes précautions. Certains établissements de jeux ont écopé d’une amende pour ne pas avoir veillé au respect des nouvelles règles.

Plusieurs plaintes sur les casinos au Nevada

Depuis la réouverture des casinos terrestres le 4 juin au Nevada, le personnel et la clientèle ont dû s’habituer aux mesures sanitaires liées à la pandémie du coronavirus. Elles impliquent le port du masque, la désinfection régulière des mains et des équipements ainsi que la distanciation physique. Les autorités ont du mal à faire passer la pilule. Les inspections relèvent de nombreux manquements aux mesures imposées. Dans certains établissements de jeux d’argent, les inspecteurs d’État constatent que ni les employés ni les clients ne portaient des masques pour se protéger. Pour le Bowl Incline, le bar est ouvert alors que depuis le 10 juillet, le gouverneur du Nevada Steve Sisolak a décrété la fermeture des zones de bar.

Le Sahara, ayant pignon sur le Strip de Las Vegas, a également été accusé de violations aux directives liées au coronavirus. Après la réouverture, une plainte anonyme est parvenue au Gaming Control Board (GCB). Dans ce rapport, l’établissement est pointé du doigt de dépasser le nombre de joueurs autorisés dans la section des machines à sous. Le GCB n’a pas tardé à réagir et a dépêché un agent pour vérifier les accusations. L’inspection a révélé que plusieurs personnes qui ne jouaient pas s’attroupaient sur des tables de craps et de blackjack. 5 personnes qui ne jouaient pas se regroupaient autour d’un joueur qui actionne une machine à sous. De plus, un déjeuner rassemblait 135 personnes dans une salle du Sahara au mois de juillet.

Pour l’établissement, des mesures immédiates ont été prises pour remédier à ces différentes situations. Le vice-président du Sahara a également déclaré qu’il y avait une interprétation erronée des nouvelles règlementations. En effet, la direction a pensé pouvoir accueillir 50 % de la capacité au lieu de 50 personnes durant les évènements.

Les régulateurs sont intraitables face à ces manquements et demandent à ce que les établissements concernés écopent une amende. Le Sahara encourt par exemple une sanction jusqu’à 100 000 dollars. Les contrôles sont multipliés, depuis le 4 juin, près de 10 000 inspections ont été effectuées dans les casinos du Nevada.

The Star sommé de payer 5 000 $

En Australie, la rigueur est également de mise. Dans le casino The Star, des clients ont consommé de l’alcool et se sont mêlés aux autres. Cependant, la vente d’alcool a été autorisée tout en se conformant aux préventions sanitaires désormais imposées par le coronavirus. Les établissements sont ainsi tenus de veiller à ce que les consommateurs soient assis en buvant des cocktails ou des pintes. The Star serait informé sur ces nouvelles directives, car des agents de l’organisme de régulation Liquor & Gaming New South Wales ont effectué deux visites pour s’assurer de la conformité aux nouvelles règles sanitaires. Le régulateur a donc tranché pour le paiement d’une amende de 5 000 dollars australiens par le célèbre casino australien.

Les conséquences ne s’arrêtent pas là pour The Star. L’établissement a aussi déclaré qu’un de ses clients a été testé positif au Covid-19. Ce dernier avait visité le casino le 4 juillet dernier. Les responsables de The Star ont assuré prendre les mesures nécessaires pour identifier les personnes entrées en contact avec la personne infectée, notamment au sein du personnel.