Crown Resorts n’obtient pas la licence pour son casino à Sydney

Les résultats de l’enquête du régulateur de l’industrie du jeu en Nouvelle-Galles du Sud n’ont pas été favorables au groupe Crown Resorts. Cette entreprise de chaîne de casinos s’est vu refuser la licence pour son nouvel établissement, Crown Sydney. L’autorité de régulation a fait valoir des liens avec le crime organisé et une participation au […]

crown sydney

Les résultats de l’enquête du régulateur de l’industrie du jeu en Nouvelle-Galles du Sud n’ont pas été favorables au groupe Crown Resorts. Cette entreprise de chaîne de casinos s’est vu refuser la licence pour son nouvel établissement, Crown Sydney. L’autorité de régulation a fait valoir des liens avec le crime organisé et une participation au blanchiment d’argent.

Des blanchiments d’argent avérés

Crown Resorts a investi 2,2 milliards de dollars australiens dans son nouveau casino situé à Banrangaroo. L’établissement de jeux devait ouvrir ses portes le 14 décembre dernier. Cependant, l’Independent Liquor and Gaming Authority (ILGA), le régulateur des jeux dans la Nouvelle-Galles du Sud a relevé des suspicions de blanchiment d’argent. L’organisme a donc continué de mener son enquête. Ainsi, le Crown Sydney a obtenu une licence provisoire valable jusqu’au mois d’avril. L’inauguration a été maintenue au mois de décembre, mais l’établissement ne pouvait proposer que des services non liés aux jeux.

Cette semaine, l’ILGA a fait part des résultats de son enquête et a révélé que le groupe avait joué un rôle de facilitateur dans les activités de blanchiment d’argent. Crown utilisait ainsi les jeux d’argent destinés aux « high roller ». D’après les médias locaux, les fonds provenaient de la traite de personne, du trafic de drogue ou encore d’organisations terroristes. Les casinos de Melbourne et de Perth ont été particulièrement cités.

Se basant sur le rapport d’enquête, l’ILGA a refusé d’accorder la licence de jeux au nouveau casino Crown Sydney.

Un certain nombre de réformes exigées

L’autorité de régulation des jeux de hasard de la Nouvelle-Galles du Sud n’a pas fait marche arrière malgré la démission de l’équipe directionnelle de Crown. D’autre part, l’avocat du groupe a confié que les opérations illicites étaient effectuées sur 2 comptes gérés par les casinos.

Pour poursuivre l’exploitation du Crown Sydney, le groupe devra mettre en place un certain nombre de réformes. On s’attend notamment à la nomination d’une nouvelle équipe au sein de la direction.

L’ancienne juge de la Cour Suprême qui a mené l’enquête, Patricia Bergin, a proposé un audit complet et de grandes envergures de tous les comptes. Cette mesure devrait permettre de s’assurer que les blanchiments ne sont pas liés. La juge recommande également au plus grand actionnaire du groupe, James Packer, de limiter son influence auprès de la direction.

Helen Coonan, nommée récemment Président Exécutif de Crown Resorts, a reconnu que les conclusions de l’enquête de l’ILGA sont justifiées. En tout cas, le groupe ne compte pas renoncer à la licence de jeu du Crown Sydney et a déclaré être prêt pour de profonds changements.