Costa Rica : un projet de loi inédit pour l’utilisation des taxes sur les jeux

Dernièrement, un législateur du Costa Rica a déposé un projet visant les redevances fiscales versées par les opérateurs de jeux. Il prévoit de consacrer ces fonds à l’amélioration des activités policières. Dans l’intérêt des forces de l’ordre D’après le député Gilbert Jimenez, la police du Costa Rica a grandement besoin d’une formation plus optimisée. Naturellement, […]

Costa Rica : un député souhaite modifier la loi sur les taxes des jeux d'argent

Dernièrement, un législateur du Costa Rica a déposé un projet visant les redevances fiscales versées par les opérateurs de jeux. Il prévoit de consacrer ces fonds à l’amélioration des activités policières.

Dans l’intérêt des forces de l’ordre

D’après le député Gilbert Jimenez, la police du Costa Rica a grandement besoin d’une formation plus optimisée. Naturellement, cette initiative nécessite un apport budgétaire plutôt conséquent. Et il semblerait que ce législateur costaricien a trouvé la solution idéale pour que son plan se réalise. En effet, il envisage de financer ce projet avec les impôts versés par les casinos et les bookmakers locaux.

Dans cette optique, Jimenez a récemment soumis un texte de loi au Congrès du pays. Pour l’instant, aucune information sur les partisans de cette démarche n’a été diffusée. En tout cas, les autorités compétentes sont actuellement en train d’examiner le dossier.

Pourtant, le gouvernement costaricien avait amplement l’occasion de renflouer ses caisses plus tôt cette année. Ce qui aurait peut-être permis de subventionner le projet mentionné plus haut. Sans pour autant réorienter l’ensemble des fonds fiscaux récoltés à partir des jeux de casino et des paris sportifs.

Plus précisément, le Congrès a rejeté un projet de loi relatif aux prix de loterie en mars dernier. Le document stipule que les gains de loterie dépassant l’équivalent de 724$ devraient être sujets à des impôts. Mais les législateurs se sont rapidement opposés à cette initiative. Il s’est avéré que les querelles politiques la veille de l’élection présidentielle ont entrainé l’échec de cette démarche.

À présent, cette éventualité n’est plus d’actualité. C’est pourquoi le député Gilbert Jimenez compte sur des taxes déjà en vigueur pour l’aboutissement de son projet de loi.

Les lignes directrices de gestion

En bref, ledit projet de loi concerne principalement la police municipale. Conformément aux suggestions de Gilbert Jimenez, 50% des bénéfices de la taxation sur les jeux seraient répartis dans toutes les communes. Bien entendu, cela se rapporte exclusivement à celles qui disposent de leurs propres forces de l’ordre. Le but étant de redynamiser les méthodes d’approche policière, les programmes de développement et la gestion de l’environnement des citoyens.

Pour ce qui est de l’autre moitié des recettes sur les jeux, elle serait réaffectée à des opérations de maintien de l’ordre additionnelles. Ainsi, une partie des 50% restants servirait à couvrir les infrastructures telles que les centres pénitentiaires.

Apparemment, le projet de loi de ce législateur du Costa Rica présente une faille si on se réfère à l’opinion publique. Bien que les formations policières soient essentielles, une révision des salaires des policiers devrait aussi être envisagée. De toute évidence, aucune section dans le dossier en question ne reflète cette proposition.

Selon les statistiques, les policiers touchent environ 548$ à 1 214$ par mois au Costa Rica. Cependant, un salaire mensuel qui se situe entre 1 600$ et 2 000$ est nécessaire pour y vivre convenablement. C’est bel et bien la somme indispensable afin qu’un seul individu puisse complètement subvenir à ses besoins.