Costa Rica : le JPS examine des propositions pour l’exploitation de jeux d’argent en ligne

jps costa rica

Au mois de mars, le Conseil de protection sociale (JPS) du Costa Rica a lancé un appel d’offres aux opérateurs désirant exploiter les jeux d’argent en ligne du pays. L’appel d’offres a été clôturé le 5 avril dernier et 5 entreprises ont soumissionné. La sélection s’annonce rigoureuse, car seules 2 sociétés par segment de jeu seront approuvées. Le JPS s’assure également à ce que les revenus générés par les jeux d’argent en ligne financent ses programmes sociaux.

5 opérateurs souhaitent exploiter les jeux de hasard en ligne

Le Costa Rica est l’une des destinations de prédilection des entreprises de jeux d’argent en ligne. Le pays garantit les conditions les plus avantageuses pour les opérateurs qui souhaitent se lancer sur le marché. C’est sans surprise donc que plusieurs sociétés de l’iGaming choisissent cette juridiction.

Cette année, le Costa Rica s’engage dans la réorganisation des jeux d’argent en ligne sur le territoire. L’autorité chargée de la régulation de l’industrie du jeu, le JPS, a ainsi ouvert un appel d’offres. Cette proposition inclut aussi bien l’exploitation des paris sportifs, la loterie physique et la loterie électronique. L’appel d’offres concernait aussi bien les opérateurs nationaux qu’internationaux.

À la clôture de la soumission d’offres le 5 avril dernier, 5 entreprises ont manifesté leur intérêt pour ce projet. Une personne morale a également fait parvenir son offre par lettre officielle.

Sélection de 2 sociétés pour chaque segment de jeu

Les sociétés ayant répondu à l’appel d’offres du JPS ont réglé chacune une somme entre 160 et 320 dollars. Elles ont également dû s’acquitter d’une garantie de 400 dollars. Le processus de sélection n’implique que le JPS. Cette autorité de régulation va ainsi choisir 2 opérateurs pour chaque segment de jeux : paris sportifs, jeux de loterie et loterie électronique. Le régulateur du Costa Rica précise qu’il n’y aura aucun autre intermédiaire entre cette instance et les entreprises sélectionnées.

70 % des bénéfices générés par les jeux d’argent en ligne seront reversés à la trésorerie du JPS. L’institution s’assurera également que les revenus provenant du marché serviront à financer des programmes sociaux destinés à des personnes vulnérables.

Les jeux utilisés dans ce programme deviendront la propriété du JPS. Les sociétés répondant aux critères du régulateur opèrent d’abord dans le cadre d’un projet pilote pour une durée d’un an. D’autre part, l’entité de régulation du jeu veillera à une inspection des plateformes approuvées tous les 3 mois.

Pour Esmeralda Britton, présidente du JPS, ce projet reflète bien la capacité de son organisme à évoluer et à s’adapter aux changements. À noter que le JPS a 176 années d’existence à son actif.