Bras de fer entre les casinos et le parlement britannique sur la limitation des mises des machines à sous

machines à sous

Au Royaume-Uni, la lutte contre le jeu excessif est prise très au sérieux. Une étude a été faite dans ce cadre afin de voir les impacts d’une limitation des mises sur les machines à sous. Les résultats ont montré une baisse de revenus variant entre 5 et 20%. Un conflit s’annonce entre le Parlement et les établissements de jeux de hasard et d’argent.

Le Parlement pour la diminution des mises pour limiter le jeu excessif

L’expertise menée par Future Anthem a été élaborée après une requête de certains parlementaires britanniques sur la limitation des mises sur les machines à sous. La majorité des établissements proposant ce type de jeux est contre ce projet, ils estiment que les parlementaires n’ont pas assez de connaissances sur le sujet. Toutefois, ils avancent des solutions afin de réduire le nombre de joueurs excessifs. Pour les opérateurs, il n’est pas utile de contrôler les machines à sous, ce sont les services financiers qui doivent orienter les joueurs excessifs, et les interdire de salle le cas échéant. Pour les experts de Future Anthem, il est nécessaire de trouver des solutions à la fois légales et qui s’adaptent également à l’environnement des jeux d’argent et de hasard.  

Dans certains pays, les établissements de jeux ont déjà adopté la limite des mises sur les machines à sous. Pour le Royaume-Uni, cette option est encore matière à débat. Les experts de Future Anthem ont affirmé qu’une telle mesure entrainerait une baisse de revenus de l’ordre 5 à 20% pour les casinos en ligne du pays. Leur étude a été illustrée par un exemple concret. En limitant la mise sur les machines à sous à seulement 2 livres sterling, les casinos se retrouveraient avec une baisse de 10 à 20% de leurs revenus. Si on augmente la limite à 5 livres sterling, les revenus seraient toujours en baisse, mais seulement de 5 à 10%. Appliquer cette mesure permettrait de protéger plus de joueurs contre l’addiction. Toutefois, pour les joueurs raisonnables mais qui ont envie de s’amuser, l’expérience de jeu serait moindre.

Pour la Commission des jeux de hasard du Parlement, la seule solution est de limiter les mises au casino. L’avis de cette Commission a un énorme poids étant donné que ses membres comprennent des joueurs à problèmes, mais également des familles de joueurs compulsifs. Les parlementaires évoquent également l’exemple de certains pays européens qui ont adopté cette mesure. Il s’agit de l’Allemagne qui a imposé une limite de 1 euro par tour et de la Grèce dont la limite par spin est de 2 euros.   

La limitation des mises néfaste aux casinos et aux studios de jeux.

Leigh Nissim, directeur général de Future Anthem, estime que le Royaume-Uni doit s’adapter aux changements perçus au niveau des casinos dans le monde. Dans certains cas, le comportement des joueurs est démesuré. Il peut également arriver que ce soit les établissements qui incitent leurs clients à un jeu excessif. Quand cela arrive, un changement est nécessaire, qu’il soit juridique ou technique. Les mesures prises doivent s’adapter à l’environnement afin que le jeu reste responsable. C’est dans ce cadre que Future Anthem collabore avec Game Data Science pour trouver des solutions afin d’optimiser les jeux.

Les opérateurs casinotiers du Royaume-Uni sont fermement opposés à une limitation des mises. Pour eux, les clients doivent être libres de disposer de leur argent selon leur volonté. Si tout le monde a le droit de dépenser son argent dans des loisirs comme les jeux vidéo ou les parcs d’attractions, les machines à sous devraient également être autorisées sans aucune limitation. Pour contrôler le jeu excessif, ils suggèrent que les services financiers fassent un suivi individuel et personnalisé de tous les clients. Les prêts ne seront accordés qu’aux joueurs sans antécédents et disposant d’une bonne marge de manœuvre pour rembourser leurs dettes.  

Future Anthem affirme que la limite de mise n’aura pas un impact seulement sur les casinos, mais également sur les studios de jeux. En effet, les éditeurs seront obligés d’étudier de nouvelles configurations de jeu. Si les casinos doivent établir de nouvelles pièces appropriées aux niveaux de mise, les studios devront développer des jeux plus dynamiques adaptés à ces contraintes.

Le Betting and Gaming Council, l’organe de régulation des jeux au Royaume-Uni, se range du côté des opérateurs casinotiers. Selon le directeur exécutif Gary Follis, la limitation des mises n’aura pas vraiment d’impact sur les problèmes de jeu. Ceux-ci ne peuvent être résolus que dans le cadre d’une sévérité accrue des services financiers à l’égard des joueurs excessifs.