Apple fait l’objet d’un recours collectif sur les applications de jeux d’argent

La marque à l’effigie d’une pomme croquée est à nouveau au cœur d’une tempête. Plusieurs utilisateurs ont déposé un recours collectif contre Apple aux États-Unis. Les plaignants indiquent que le géant américain propose des jeux d’argent de manière illégale par le biais de l’App Store. Ces derniers demandent ainsi une injonction ainsi que des dommages […]

app store

La marque à l’effigie d’une pomme croquée est à nouveau au cœur d’une tempête. Plusieurs utilisateurs ont déposé un recours collectif contre Apple aux États-Unis. Les plaignants indiquent que le géant américain propose des jeux d’argent de manière illégale par le biais de l’App Store. Ces derniers demandent ainsi une injonction ainsi que des dommages et intérêts.

De l’argent réel pour continuer à jouer

Une impression de déjà vu. Apple avait déjà été confrontée à la même difficulté l’année dernière. Des utilisateurs d’App Store avaient alors poursuivi la firme américaine de promouvoir les jeux d’argent illégaux. En tout cas, l’initiative a fait tache d’huile et actuellement, l’entreprise fondée par Steve Jobs fait face à de nouvelles poursuites judiciaires. Plusieurs utilisateurs de sa boutique d’application ont procédé à un recours collectif.

Selon les explications, l’App Store propose des jeux de casino présentés comme gratuits. Au début, les utilisateurs reçoivent un certain nombre de jetons et de pièces sur des jeux tels que le blackjack, la roulette, le poker, le keno, le bingo, etc. Lorsque le bankroll est à sec, les joueurs sont alors invités à débourser de l’argent réel pour obtenir des jetons supplémentaires et donc un temps de jeu additionnel. Toutefois, ils n’ont pas la possibilité d’empocher des gains en argent réel comme sur d’autres jeux de casino. Un joueur confie avoir dépensé 250 dollars au cours de 3 dernières années pour pouvoir continuer à jouer sur une machine à sous.

Infraction aux lois contre les jeux de hasard de 25 États

Ce mécanisme argent contre temps de jeu violerait des lois contre les jeux d’argent dans 25 États américains incluant l’Alabama, l’Arkansas, le Connecticut, la Géorgie, l’Illinois, l’Indiana, le Kentucky, le Massachusetts, le Minnesota, le Mississippi, le Missouri, le Montana, le New Hampshire, le New Jersey, le Nouveau-Mexique, New York, l’Ohio, l’Oregon, la Caroline du Sud, le Dakota du Sud, le Tennessee, le Vermont, la Virginie, Washington et la Virginie occidentale.

La plainte collective a été déposée au Tribunal du district nord de Columbia. Les plaignants accusent Apple d’enrichissement injustifié et sollicitent une injonction, des dommages et intérêts ainsi que la restitution des frais de justice.

Le tort revient à Apple

Pour les plaignants, le tort revient principalement à Apple. L’entreprise fournit les outils de développement nécessaires aux éditeurs de jeux notamment la mise à disposition du moyen de paiement ApplePay. De plus, l’App Store héberge les jeux et la firme tire profit des transactions effectuées. En effet, Apple est l’unique administrateur de sa boutique d’applications. Aucune application ne pourra être proposée ou téléchargée sans son aval. Certains vont même jusqu’à affirmer qu’Apple facilite les jeux d’argent illégaux en opérant comme un casino en ligne qui ne détient pas de licence.

Le fournisseur d’applications Zynga est notamment pointé du doigt. Ce software aurait également bénéficié de conseils marketing d’Apple pour promouvoir la découverte de ses titres.