2 poids, 2 mesures pour la reprise des casinos au Canada

les casinos au Canada

Après leurs fermetures pendant le confinement, les casinos canadiens sont encore soumis à certaines restrictions sanitaires, à savoir la distanciation sociale. En Colombie-Britannique, la fermeture des établissements est encore d’actualité. Quant aux provinces de l’Alberta, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick, ces mesures ont été levées. Cependant, leur capacité d’accueil est strictement limitée.

La situation de l’Ontario

Le mois de juillet, l’OLG ou Ontario Lottery and Gaming Corporation, l’organisme de régulation des jeux de hasard de la province a autorisé la réouverture des casinos. Toutefois, cette reprise devait se faire par étapes et était conditionnée par l’accord des prestataires de services au sein de ces établissements. Pour rappel, les autorités ont ordonné la fermeture immédiate des casinos le 15 mars dernier, en raison de la propagation rapide du COVID-19 dans la région.

Pour la réouverture des casinos, des mesures très strictes ont été imposées. Tout d’abord, les tables de jeu sont encore interdites. Ensuite, les établissements ne peuvent accueillir que 50 clients au maximum dans leurs locaux. Enfin, il doit y avoir une distanciation minimum de 2 mètres entre toutes les personnes à l’intérieur, qu’il s’agisse de joueurs ou de membres du personnel.

La Great Canadian Gaming Corporation ou GCG a programmé la réouverture de 11 casinos pour le 28 septembre. Le PDG de la GCG Rod Baker a d’ailleurs affirmé que tous les établissements suivront à la lettre toutes les mesures imposées par l’OLGC. Il a même rajouté que pour les premiers mois, une exploitation sans bénéfice serait envisageable, la priorité étant la sécurité des joueurs à l’intérieur des casinos. Pour faciliter le contrôle du nombre de clients présents au même moment, la GCG a conçu un système de réservation en ligne.

Si la GCG a plus ou moins une solution pour la reprise de ses activités, ce n’est pas le cas pour tous les casinotiers de l’Ontario. Les dirigeants du Caesars Windsor sont assez réticents à la limite de 50 clients dans les casinos. Pour contrer cette mesure, ils proposent de créer 12 compartiments isolés dans toutes les salles. De cette manière, le taux de fréquentation des casinos peut revenir à la normale et les contacts restent limités au maximum. Cette requête escompte un retour officiel de la part de l’OLG. En attendant, d’autres alternatives sont à l’étude. La situation est encore plus catastrophique pour la Gateway Casinos & Entertainment. Malgré le fait qu’elle soit l’un des plus grands opérateurs de la région, elle n’a encore ni stratégie ni date prévisionnelle de réouverture.

Une reprise lente dans le Nouveau-Brunswick et l’Alberta, alerte rouge en Colombie-Britannique

La situation dans la province du Nouveau-Brunswick est un peu particulière. Les casinos sont également autorisés à reprendre leurs activités, mais les restrictions sont différentes. Les établissements ne peuvent exploiter que 50% de leurs machines à sous et les autres équipements sont encore interdits d’utilisation. Par ailleurs, le nombre de joueurs autorisés est limité à 25% de la capacité d’accueil des casinos. La Great Canadian Gaming Corporation dispose d’un établissement dans la région dont l’ouverture est prévue le 28 septembre, à l’instar de ses casinos dans l’Ontario.

Dans l’Alberta, la reprise des casinos est déjà effective et s’est faite en douceur. Durant les premières semaines, les joueurs ne pouvaient accéder qu’aux machines à sous. Actuellement, même les tables de jeu sont accessibles, mais avec quelques restrictions. Il est obligatoire de placer des barrières pour empêcher les contacts salivaires entre les joueurs. Si une table ne dispose pas de ces barrières, elle ne peut accueillir que 2 joueurs au maximum. Pour le poker, les règles d’hygiène sont encore plus spécifiques. Les cartes et les jetons doivent être nettoyés en profondeur, mais également les tables et mes chaises. Quant à la présence de spectateurs autour de la table, elle est formellement interdite. Pour la petite histoire, la fermeture des casinos a entrainé une perte de presque 700 millions de dollars pour la province de l’Alberta.

En Colombie-Britannique, la situation des casinos est encore très incertaine. Compte tenu de la situation sanitaire dans la province, il n’y a encore eu aucune annonce concernant leur réouverture. D’ailleurs, les autorités ont déjà prévenu que les casinos rouvriraient leurs portes uniquement lorsque les conditions sanitaires seront favorables.

Pour le syndicat du secteur privé au Canada, l’Unifor, la situation est vraiment critique. Par le biais de son directeur Jerry Dias, le syndicat a dénoncé l’illogisme de l’ouverture des salles de sports, des centres commerciaux et des restaurants et la fermeture des casinos. Pour cette entité, la réouverture immédiate de leurs établissements est nécessaire pour sauver des milliers d’emplois.